Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Trois femmes ont déclenché leurs ceintures explosives juste à l'entrée d'un camp de déplacés dans la ville de Mandarari, au Nigeria, selon des sources locales. Ici une intervention des services de secours lors d'une attaque en juillet dans le même Etat (archives).

KEYSTONE/EPA/YUSUF MUSA

(sda-ats)

Trois femmes kamikazes se sont fait exploser, dans une ville à 25 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno, dans le nord-est du Nigeria. Vingt-huit personnes ont perdu la vie et plus de 80 sont blessées, selon des sources locales.

"Trois femmes ont déclenché leurs ceintures explosives juste à l'entrée d'un camp de déplacés (dans la ville de Mandarari) faisant 28 morts et 82 blessés", a rapporté Baba Kura. Ce dernier est membre des milices civiles qui luttent contre le groupe djihadiste de Boko Haram.

"La première femme a déclenché sa ceinture vers 18 heures (19h00 en Suisse) dans le marché qui se trouve à l'entrée du camp", raconte ce témoin de la scène. "Cela a créé de la panique, et les commerçants étaient en train de fermer leur boutique quand deux autres femmes se sont fait exploser, causant la majeure partie des morts et des blessés", poursuit Baba Kura.

Ibrahim Liman, l'un des chef des milices civiles engagées dans le combat contre les djihadistes, a confirmé le triple attentat. Et d'ajouter que "plus de 80 blessés ont été conduits à l'hôpital de Maiduguri", grande ville du nord-est du Nigeria.

Des sources à l'intérieur de l'hôpital ont fait part "d'un grand nombre de personnes qui sont arrivées" mardi en fin de journée.

Epicentre des violences

Mandarari se trouve dans le district de Konduga, à quelques kilomètres de la capitale de l'Etat du Borno, district qui a été la cible récente de nombreuses attaques du groupe de Boko Haram.

Le district de Konduga est l'un des épicentres des violences commises par le groupe djihadiste depuis que l'armée a forcé les combattants islamistes à décrocher de leur base de la forêt de Sambisa, en décembre dernier.

Le conflit de Boko Haram, particulièrement meurtrier dans la région du lac Tchad, a fait plus de 20'000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis que le groupe extrémiste a pris les armes en 2009.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS