Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le cinéaste Fernand Melgar a renoncé à son poste de professeur à temps partiel à la HEAD à Genève. Il est au coeur d'une polémique après un billet dans 24 heures sur le deal de rue à Lausanne et la publication de photos volées sur les réseaux sociaux (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Malgré la polémique suscitée par ses propos sur le deal de rue à Lausanne et des photos volées qu'il a postées sur les réseaux sociaux, Fernand Melgar maintient le cap. "J'assume, je revendique à fond", lance le cinéaste.

Il devait donner un cours cette année académique à la Haute école d'art et de design (HEAD) de Genève intitulé "Le grand voyage". Dans le cadre de cet atelier, les étudiants se seraient penchés sur la migration clandestine dans la ville andalouse d'Almería. "Tout était prêt, on serait allés sur place, cela aurait été une expérience hors du commun, mais j'y ai renoncé la mort dans l'âme", raconte vendredi à l'ats le cinéaste vaudois, revenant sur une information de plusieurs médias.

Coup de gueule

En cause, selon lui: une forte réaction d'un étudiant de la HEAD puis d'autres après son "coup de gueule" en mai dans les colonnes de 24 heures sur le deal de rue à Lausanne. Ensuite, la publication sur la toile de photos volées d'individus qu'il accuse d'être des trafiquants de drogue dans "son" quartier, le Maupas. Un pas visiblement de trop.

Symbole jusqu'ici d'une gauche humaniste, salué pour ses documentaires sur le sort des migrants, l'homme dit avoir compris qu'il n'était plus le bienvenu dans les salles de cours de la HEAD. Et a décidé de renoncer à ce poste.

Question sensible

Fernand Melgar assure pourtant qu'il voulait aborder la délicate question des images prises sans autorisation avec les étudiants, dès la rentrée. "J'allais convier le photographe et réalisateur Raymond Depardon et l'artiste Sophie Calle, qui ont tous deux usé de cette pratique dans leur travail, pour que nous en débattions."

Le débat justement. La HEAD le souhaitait aussi, indique-t-elle dans un communiqué. Son directeur Jean-Pierre Greff précise qu'il envisageait un forum d'explications entre l'école et Fernand Melgar "passé le temps de la polémique".

Et bien que les moyens engagés par le cinéaste dans son combat contre le trafic de drogue sont selon lui "problématiques", il refusait de le juger sans l'avoir écouté. Et d'ajouter qu'aucune décision définitive n'avait par ailleurs été prise par la HEAD.

Lettre ouverte

Mais l'affaire ne s'est pas arrêtée pas là. La publication de ces photos a aussi choqué dans le milieu du cinéma. Ainsi, plus de 200 personnes, "des cinéastes en devenir, des cinéastes confirmés, des professionnels du cinéma et des cinéphiles" ont signé et publié une lettre ouverte adressée à Fernand Melgar.

Lionel Baier, Germinal Roaux ou encore Jean-Stéphane Bron lui font part de leur "consternation devant la polémique qu'il a déclenchée". Et ce sont surtout les méthodes que ces artistes dénoncent les jugeant "inacceptables et contraires à toute éthique documentaire".

Manquements

"En tant que figure publique et professionnelle confirmée, vous êtes conscient du pouvoir de l’image et du discours. Vos manquements ne sont donc pas dus à une maladresse de débutant", assènent les signataires.

De son côté, l'auteur de La Forteresse ou de Vol spécial dit ne pas avoir lu cette lettre. "Ce qui me heurte, c'est que personne ne me l'a envoyée". Reste qu'il ne regrette pas pour autant son pavé dans la mare.

Prise de conscience

"Il n'y a jamais eu autant de prise de conscience, de débat sur la situation dans ce quartier". Et d'ajouter: "Ces hommes, je sais que ce sont des dealers. J'invite d'ailleurs les gens à venir les voir, je les leur présenterai".

Lorsqu'il a écrit sa tribune dans le grand quotidien vaudois, Fernand Melgar reconnaît qu'il n'a "jamais pensé qu'il lancerait un tel débat". "Ce n'était pas à dessein. Ce que j'ai exprimé là, c'est un cri de douleur". Ce cri, rappelons qu'ils sont aussi nombreux à le saluer.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS