Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un attentat-suicide à la voiture piégée a fait au moins treize morts dimanche devant l'hôtel Jazeera à Mogadiscio, la capitale somalienne, a rapporté une source médicale. Il a été revendiqué par les islamistes shebab.

"Nous sommes derrière cette attaque", a dit le cheikh Abdiasis Abou Moussab, porte-parole du groupe pour les opérations militaires, précisant qu'étaient visés les "ennemis" de l'islam, soldats africains de l'Amisom et responsables gouvernementaux somaliens. "C'est une réponse aux attaques et aux bombardements menés par les hélicoptères de l'Amisom et du gouvernement contre les shebab."

Le commandant Nour Osoble, de la police somalienne, a précisé que le kamikaze avait lancé une voiture remplie d'explosifs sur l'entrée de l'hôtel, dont la façade a été endommagée. Quatre véhicules ont été détruits par l'explosion. "Nous avons transporté 13 morts et 21 blessés, certains gravement touchés", a rapporté un ambulancier, Abdikadir Abdirahman.

L'hôtel Jazeera est situé près de la zone hyper-protégée de l'aéroport international abritant les Nations unies, des ambassades occidentales et le siège de l'Amisom. Des diplomates chinois, qataris et émiratis étaient dans l'hôtel lors de l'attaque mais, selon des sources concordantes, ils n'ont pas été blessés.

Influence américaine

L'Amisom, qui combat les insurgés shebab dans le pays, était sur place pour évacuer les blessés. "L'attaque atroce de la soirée contre l'hôtel Jazeera, un endroit qui symbolise la détermination des Somaliens à reconstruire leur pays, (...) démontre les intentions diaboliques des shebab", a réagi l'Amisom.

Le président somalien Hassan Sheikh Mohamud a lui adressé ses condoléances aux victimes de cette "attaque terroriste haineuse". "Je suis sûr que nous vaincrons les terroristes", a-t-il ajouté.

L'attentat a eu lieu au moment où Barack Obama quittait le Kenya voisin après avoir loué samedi le travail de l'Amisom, force à laquelle participe un contingent kényan. Le président américain a reconnu que les shebab constituaient toujours une menace, mais a assuré que leur "emprise" en Somalie avait été réduite.

Dans la soirée un porte-parole du Conseil national de Sécurité, Ned Price, a déclaré dans un communiqué publié à Washington que la Maison Blanche "condamnait fermement cet attentat odieux".

Défaites militaires

Les islamistes mènent depuis plusieurs années de sanglantes attaques à Mogadiscio. Samedi, les shebab avaient déjà revendiqué deux attentats commis dans le quartier de Madina, qui ont coûté la vie à un avocat et à son garde du corps ainsi qu'à un responsable des services du Premier ministre.

L'hôtel Jazeera avait lui déjà été la cible d'attaques des shebab par le passé, et notamment d'un attentat-suicide en 2012 alors que le président somalien se trouvait à l'intérieur.

L'armée somalienne, épaulée par la Mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom), a repris vendredi aux insurgés islamistes une deuxième ville dans le sud du pays, Dinsor, à 120 km de Baidoa. Une autre localité du Sud, Bardera, située à 300 km à l'est de Mogadiscio, avait été reprise mercredi. Les shebab contrôlaient Dinsor depuis sept ans et demi.

ATS