Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un attentat à la voiture piégée a fait 14 morts, dans Maka Al Mukaram, une des artères les plus fréquentées de Mogadiscio.

KEYSTONE/AP/FARAH ABDI WARSAMEH

(sda-ats)

Au moins 14 personnes ont été tuées jeudi dans l'explosion d'une voiture piégée devant un hôtel de la capitale somalienne, Mogadiscio, a-t-on appris auprès d'un porte-parole du gouvernement et de témoins. Le bilan pourrait s'alourdir.

"Il y a eu une forte explosion ici, et le nombre de victimes est pour l'instant de 14 tués et un certain nombre de blessés", a déclaré un porte-parole du gouvernement, Abdiazis Ali Ibrahim. "Le bilan pourrait être plus lourd". Le porte-parole n'a pas précisé ce qui avait provoqué l'explosion, mais des témoins, ainsi que les shebab, ont parlé d'une voiture piégée.

Des témoins ont décrit une explosion "énorme" à l'heure de pointe dans Maka Al Mukaram, une des artères les plus fréquentées de la capitale, juste en face d'un hôtel au dispositif sécuritaire important car fréquenté par de nombreux responsables du gouvernement.

"L'explosion était vraiment énorme, un véhicule contenant des explosifs a explosé près d'un salon de thé en face de l'hôtel Weheliye et a fait au moins dix morts", a déclaré l'un de ces témoins, Abdulahi Moalim. "J'ai vu des gens emmenés en urgence à l'hôpital".

Revendication des shebab

Les islamistes shebab, affiliés aux djihadistes d'Al-Qaïda et coutumiers de ce genre d'attaque, ont immédiatement revendiqué l'attentat, selon le SITE Intelligence Group, spécialisé dans la surveillance des sites internet islamistes. Ils ont affirmé avoir tué "plus de 10 éléments parmi lesquels des responsables du gouvernement ainsi que des officiers de l'armée et des renseignements", ajoutant que "des dizaines de personnes ont été blessées".

Les shebab tentent depuis 2007 de renverser le fragile gouvernement central somalien, soutenu par la communauté internationale et par les plus de 20'000 hommes de la force de l'Union africaine (Amisom), venus d'Ouganda, du Burundi, de Djibouti, du Kenya et d'Éthiopie.

Chassés de Mogadiscio en août 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, jusque dans la capitale et contre des bases militaires, somaliennes ou étrangères.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS