Navigation

Au moins 19 étudiants meurent dans un incendie

Un incendie s'est déclaré vendredi dans un bâtiment universitaire de l'ouest de l'Inde. Il a coûté la vie à dix-neuf étudiants. KEYSTONE/AP/SARJU PAREKH sda-ats
Ce contenu a été publié le 25 mai 2019 - 00:27
(Keystone-ATS)

Au moins 19 étudiants, des jeunes filles pour la plupart, ont été tués vendredi dans l'incendie d'un bâtiment universitaire de plusieurs étages dans l'ouest de l'Inde, ont annoncé les autorités locales. Une vingtaine d'autres sont blessés.

"Le bilan est monté à 19 morts, dont 16 femmes. 16 personnes sont mortes brûlées et trois autres des blessures subies quand elles ont sauté hors de l'immeuble", a déclaré à l'AFP un médecin de l'hôpital municipal de Surate (Gujarat), Jayesh M Patel. Un précédent bilan faisait état de 15 décès.

Des images terribles diffusées sur les réseaux sociaux montraient des jeunes se jetant des étages pour tenter d'échapper aux flammes dans un institut d'enseignement privé de Surate, suscitant des cris d'horreurs chez les passants.

De 50 à 60 étudiants se trouvaient à l'intérieur au moment du départ de feu, a précisé à l'AFP Deepak Sapthaley, un responsable des pompiers de Surate. Une vingtaine sont actuellement hospitalisés.

Réglementation laxiste

"Extrêmement attristé par la tragédie de l'incendie à Surate", a réagi sur Twitter le Premier ministre Narendra Modi, originaire du Gujarat. "Mes pensées vont aux familles en deuil. Que les blessés se rétablissent rapidement", a poursuivi le chef du gouvernement, qui vient de remporter triomphalement un deuxième mandat aux élections législatives du géant d'Asie du Sud.

Le feu s'est rapidement propagé en raison des matériaux utilisés pour le toit du bâtiment, d'après les autorités locales. Les incendies accidentels sont fréquents en Inde en raison d'une réglementation laxiste et du non-respect fréquent des normes de sécurité.

Pour leurs détracteurs, entrepreneurs en bâtiment et propriétaires rognent sur la sécurité pour économiser de l'argent, profitant en cela des dysfonctionnements et de l'apathie des autorités municipales.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.