Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins vingt-cinq personnes ont été tuées dans une explosion d'origine inconnue sur un marché de Lahore.

KEYSTONE/AP/K.M. CHAUDARY

(sda-ats)

Au moins 26 personnes ont été tuées dans une explosion sur un marché de Lahore, la capitale culturelle du Pakistan, ont annoncé lundi des responsables. Des dizaines d'autres ont été blessées.

La puissante déflagration, qui a soufflé de nombreuses fenêtres à la ronde, s'est produite sur une voie très fréquentée du sud de la ville. L'attentat a été revendiqué par le Tehrik-e-Taliban Pakistan, les taliban pakistanais dans un message envoyés aux médias par son porte-parole, Muhammad Khurassani.

"Un kamikaze du mouvement taliban pakistanais (TTP) a utilisé une moto transformée en bombe pour tuer des dizaines de policiers", a déclaré un porte-parole du TTP, Muhammad Khurasani, dans un communiqué envoyé aux médias locaux. "Notre message aux alliés des ennemis de l'islam est de ne pas se mettre en travers de notre chemin", a-t-il ajouté.

Attaque-suicide

Ce message confirme les premières suspicions exprimées par la police: l'explosion "ressemble à une attaque-suicide visant la police", avait déclaré plus tôt un haut responsable municipal, Abdullah Khan Sumbul.

Un porte-parole de la police de Lahore, Syed Hammad Shah, a fait état d'un bilan de 26 morts et d'une cinquantaine de blessés. Le précédent bilan était de 25 morts et 40 blessés. Un autre responsable administratif, Ahmad Raza, a confirmé le total de 26 morts, mais avancé un chiffre de 63 blessés.

La police a bouclé le secteur tandis que l'armée arrivait sur les lieux et que les blessés étaient évacués vers les hôpitaux. Les chaînes de télévision ont montré un homme blessé assis au bord de la route en train de pleurer au milieu des voitures et des motos broyées par l'explosion.

Attentats fréquents

Les attentats-suicides sont monnaie courante au Pakistan, notamment dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan. Mais, ces dernières années, les attentats s'étaient faits plus rares à Lahore.

Selon le ministre de l'Intérieur, Chaudhry Nisar Ali Khan, la majorité des morts et des blessés lundi étaient des policiers.

Début avril, un attentat-suicide visant un véhicule de l'armée qui participait à des opérations de recensement avait fait six morts et 18 blessés à Lahore.

Après une série d'attentats en février, dont deux à Lahore qui ont fait plus de 20 morts, l'armée pakistanaise a lancé un vaste mouvement de répression contre les islamistes.

ATS