Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les "Casques blancs" syriens tentent de retrouver des survivants dans les décombres après les bombardements dans la Ghouta orientale.

KEYSTONE/AP Syrian Civil Defense White Helmets

(sda-ats)

Au moins 45 civils ont été tués mardi dans de nouvelles frappes du régime syrien contre la Ghouta orientale, enclave rebelle à l'est de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Douze enfants figurent parmi les victimes.

En parallèle, deux civils sont morts à Damas dans des frappes rebelles contre la capitale, selon les médias officiels. Lundi, les raids aériens ont fait 127 morts et 450 blessés, le bilan le plus lourd en pertes civiles en une journée dans cette région depuis début 2015, d'après l'Observatoire.

"Le 19 février a été l'un des pires jours de l'histoire de la crise actuelle", a déclaré à l'AFP un médecin qui s'est identifié sous le nom d'Abou al-Yousr.

Depuis dimanche soir, le bilan est d'autant plus lourd: 189 civils tués, dont plus de 50 enfants, et plusieurs centaines blessés.

Offensive attendue

Ces frappes meurtrières, qui se poursuivent pour la troisième journée consécutive, interviennent dans le cadre d'un regain inédit des violences, alors que le régime syrien s'apprête à lancer une vaste offensive terrestre contre ce dernier fief rebelle près de la capitale.

Le quotidien Al-Watan, proche de Damas, a indiqué mardi que ces frappes "sont un prélude à l'opération d'envergure, laquelle peut commencer à tout moment".

L'ONU a réclamé dans la nuit l'arrêt immédiat des bombardements sur cette enclave, où sont assiégées près de 400'000 personnes dans des conditions humanitaires dramatiques.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS