Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'attentat de jeudi est le troisième à frapper Bagdad en autant de jours (ici le site de l'attentat de mercredi dans le quartier chiite de Habibiya).

KEYSTONE/AP/ALI ABDUL HASSAN

(sda-ats)

Au moins 45 personnes ont été tuées jeudi dans un attentat à la voiture piégée dans le sud de Bagdad, a indiqué la police. Cette attaque, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), est la plus meurtrière à frapper la capitale irakienne depuis le début de l'année.

Cet attentat est le troisième à toucher Bagdad en trois jours. L'explosion s'est produite dans une zone de concessions automobiles dans le quartier de Bayaa, où quatre personnes avaient déjà péri mardi dans un attentat à la voiture piégée, a précisé à l'AFP un responsable du ministère de l'Intérieur.

"Une attaque terroriste à la voiture piégée a frappé près de la zone de concessions automobiles à Bayaa et causé la mort de 45 personnes", a indiqué dans un communiqué un porte-parole du commandement militaire en charge de la capitale irakienne.

Un responsable du ministère de l'Intérieur a fourni un bilan similaire, en ajoutant que 60 personnes avaient également été blessées. Il a précisé que les équipes de secours peinaient à faire leur travail tant l'explosion avait été puissante et que le bilan risquait de s'alourdir.

L'EI reste menaçant

L'EI a revendiqué l'attaque, affirmant avoir visé "un rassemblement de chiites", dans un communiqué diffusé par son agence de propagande, Amaq. L'organisation extrémiste sunnite considère comme hérétique la communauté chiite, majoritaire en Irak.

La veille, le groupe djihadiste avait aussi revendiqué un attentat suicide dans le quartier à majorité chiite de Habibiya, près du vaste quartier de Sadr City, dans le nord de la capitale. Un kamikaze avait fait exploser sa voiture piégée, tuant onze personnes.

Le groupe extrémiste sunnite est la cible d'une offensive des forces irakiennes qui cherchent à le chasser de Mossoul, son dernier grand fief en Irak. Malgré ses revers au cours des derniers mois et la perte de terrain en Irak et en Syrie voisine, il parvient toutefois toujours à frapper en menant de multiples attentats meurtriers.

Le 2 janvier, alors que le président français François Hollande était en visite en Irak, un attentat-suicide à la voiture piégée revendiqué par le groupe djihadiste avait ainsi tué au moins 35 personnes à Sadr City.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS