Toute l'actu en bref

Le ministre socialiste Jean-Nat Karakash (à droite sur la photo) a terminé en tête du premier tour de l'élection au Conseil d'Etat, sans pour autant atteindre la majorité absolue.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les cinq ministres neuchâtelois ont terminé en tête du premier tour de l'élection au Conseil d'Etat dimanche. Mais tous ont rendez-vous au deuxième tour le 23 avril, puisque aucun d'entre eux n'a obtenu la majorité absolue. La participation n'a atteint que 34,23%.

Le ministre socialiste Jean-Nat Karakash a grimpé au premier rang avec 22'715 voix. Le PLR Laurent Favre, qui a longtemps mené la course, est descendu à la deuxième place avec 21'957 suffrages. Son collègue de parti Alain Ribaux est en troisième position (21'626).

La socialiste Monika Maire-Hefti a fini au quatrième rang avec 18'092 voix. Quant à son collègue de parti Laurent Kurth, il ferme la marche du quintette avec 17'997 suffrages.

Laurent Kurth a été sanctionné par une partie des électeurs du Haut du canton, qui n'ont pas digéré sa gestion du dossier hospitalier. A La Chaux-de-Fonds et au Locle, ses scores sont inférieurs d'environ un tiers à ceux des deux autres ministres socialistes. Et dans ces villes, il fait moins bien que les candidats Fabien Fivaz (Verts) et Nago Humbert (POP).

UDC larguée

La troisième candidate libérale-radicale, Isabelle Weber, termine septième avec 12'177 voix. Elle est devancée par le candidat des Verts Fabien Fivaz (12'536). Le POP Nago Humbert a récolté 9130 suffrages. Les trois candidats de l'UDC, dont Jean-Charles Legrix, sont loin derrière. Aucun d'entre eux n'a dépassé les 7000 voix.

ATS

 Toute l'actu en bref