Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le squelette dans le cercueil de plomb d'Augusta Raurica est celui d'une dame d'un certain âge et de la haute société.

Foto: Susanne Schenker

(sda-ats)

Le cercueil de plomb de l'époque romaine découvert à Augusta Raurica était la dernière demeure d'une dame de la haute ayant souffert de rages de dents. Ce sont les premiers résultats des investigations scientifiques entreprises.

Pour cette époque, la morte a atteint un âge respectable, entre 50 et 60 ans, a indiqué samedi le musée d'Augusta Raurica. Au vu de la qualité du matériau du cercueil, elle appartenait à la haute société et semblait être en bonne santé. Mais elle devait souffrir de terribles rages de dents.

Certaines de ses dents étaient tellement cariées que l'os était infecté et qu'il s'était formé des abcès à deux endroits. A ces deux endroits, les douleurs devaient être telles que la dame de la haute ne pouvait vraisemblablement plus mâcher. Il n'est pas non plus exclu qu'elle soit décédée des conséquences de cette infection, écrivent les chercheurs dans une brochure consacrée à la découverte de ce cercueil.

La dame a été enterrée entre la fin du 3e siècle et le 4e siècle, selon les premières recherches. Au début, le cercueil de plomb était protégé par une caisse en bois qui lui donnait une certaine stabilité, mais qui s'est effritée au cours du temps. Lors de la découverte, il ne restait plus que des restes très fins de planches de bois et des clous en fer. Le plomb étant un métal relativement malléable, le cercueil s'est déformé.

Dans le cercueil, les chercheurs ont aussi trouvé trois flacons de parfum, dont deux sont parfaitement conservés. Il y avait aussi des restes de tissus en chanvre ou en lin, qui provenaient soit de la tunique de la morte soit d'un linceul. Les recherches vont se poursuivre.

La découverte d'un cercueil en bon état en Suisse constitue une rareté. Les chercheurs espèrent pouvoir en savoir encore davantage sur la morte, mais aussi sur les conditions de vie dans les environs de Bâle. Pendant la journée du musée du 21 mai, le public pourra jeter un coup d'oeil sur cette pièce rare.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS