Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Aung San Suu Kyi est arrivée en fin d'après-midi à Oslo, en Norvège, où elle doit prononcer samedi son discours de lauréate du prix Nobel de la paix attribué en 1991. Vendredi matin elle a été longuement acclamée par les parlementaires au Palais fédéral, avant de quitter à la mi-journée la Suisse.

L'opposante birmane a reçu un hommage appuyé des parlementaires réunis sous la Coupole fédérale. Accueillie par les présidents et les vice-présidents du Conseil national et de celui des Etats, "elle a eu droit à une 'standing ovation' d'environ deux minutes" au National, a expliqué Mark Stucki, responsable de l'information aux services du Parlement.

Il a indiqué que les sièges de l'Assemblée fédérale étaient très bien garnis pour l'occasion. "Les tribunes du public ont aussi été prises d'assaut", a observé M. Stucki.

Le président de la Chambre basse Hansjörg Walter (UDC/TG) a salué au nom des parlementaires le prix Nobel de la paix 1991, lui souhaitant une bonne fin de séjour en Suisse et en Europe. Il a aussi tenu à rappeler qu'il s'agissait de la première venue d'Aung San Suu Kyi en Europe depuis 25 ans.

La "Dame de Rangoun" a ensuite été acclamée devant le Palais fédéral par des spectateurs, suisses et birmans, présents avec des bouquets de fleurs. Après une visite de la ville de Berne, Aung San Suu Kyi s'est rendue à l'aéroport de Zurich, d'où elle s'est envolée pour Oslo.

"En pleine forme"

"Aung San Suu Kyi était en pleine forme et a bien dormi" (dans la nuit de jeudi à vendredi, NDLR), a précisé à l'ats Jean-Marc Crevoisier, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Il réagissait à son état de santé après le léger malaise qu'elle a subi jeudi soir en pleine conférence de presse à Berne.

La présidente de la Ligue nationale (birmane) pour la démocratie doit prononcer samedi à l'hôtel de ville d'Oslo le discours traditionnel du récipiendaire pour son prix Nobel de la paix, décerné en 1991 en son absence forcée.

Ceci constituera le point d'orgue de son voyage européen. Cette distinction l'a fait basculer dans une dimension politique planétaire. Elle a été récompensée du Nobel "pour sa lutte non-violente en faveur de la démocratie et des droits de l'Homme".

ATS