Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au cours de sa visite à Bruxelles, Aung San Suu Kyi a notamment rencontré le président du Conseil européen Donald Tusk.

KEYSTONE/AP/VIRGINIA MAYO

(sda-ats)

L'Union européenne va continuer à soutenir le processus de transition démocratique en cours en Birmanie. La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini l'a assuré mardi à la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, en visite à Bruxelles.

Mme Mogherini a toutefois reconnu que le refus des autorités de Naypyidaw d'accueillir une mission internationale se penchant sur les exactions dans l'ouest du pays constituait un point de désaccord entre l'UE et Mme Suu Kyi. Cette mission d'enquête devrait se pencher sur les récentes exactions contre la minorité Rohingyas imputées à l'armée dans l'Etat Rakhine.

Au cours de cette visite, le Prix Nobel de la paix 1991 a également rencontré le président du Conseil européen Donald Tusk, ainsi que le Premier ministre belge Charles Michel et le roi Philippe.

La Birmanie a vécu pendant des décennies sous la dictature militaire et rêvé de démocratie. Les attentes des Birmans étaient donc très fortes après les élections de novembre 2015 qui ont porté au pouvoir Aung San Suu Kyi.

Un peu plus d'un an plus tard, certains sont cependant insatisfaits des résultats obtenus depuis lors. Le processus de paix, destiné à mettre un terme aux affrontements entre les groupes ethniques armés et les forces gouvernementales, est au point mort et les perspectives économiques ne sont pas bonnes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS