Toute l'actu en bref

La ville de Melbourne a féminisé ses personnages figurant sur les feux de circulation pour sensibiliser l'opinion publique à l'égalité des sexes.

KEYSTONE/EPA AAP/TRACEY NEARMY

(sda-ats)

La ville australienne de Melbourne a fait figurer des personnages féminins sur ses feux de la circulation routière en lieu et place des bonhommes traditionnels, afin de sensibiliser l'opinion à l'égalité entre les sexes. L'initiative provoque de féroces débats.

A l'occasion de la journée internationale de la femme mercredi, dix feux tricolores situés à l'un des carrefours les plus fréquentés de la ville présentent des personnages vêtus de robes. Certains se demandent si cette expérimentation, qui durera 12 mois, est vraiment utile.

"L'idée derrière ces 'carrefours de l'égalité' est de promouvoir l'égalité entre les sexes et de réduire les préjugés inconscients, en changeant l'iconographie que l'on voit tous les jours, en particulier aux feux rouges", a expliqué Martine Letts, du comité de Melbourne, à l'Australian Broadcasting Corporation.

Cette ONG constituée de plus de 120 entreprises et associations locales a financé l'initiative, qui a reçu le soutien de l'Etat de Victoria.

Des travestis

Les réactions initiales sont mitigées, voire ironiques. "J'aime à croire que ce sont des petits hommes verts travestis sur les nouveaux feux tricolores de Melbourne", dit Thomas John Jaspers sur Twitter.

Le maire de Melbourne s'est interrogé sur la valeur de l'expérimentation. "Je suis totalement favorable à l'égalité entre les sexes mais, vraiment?", a-t-il dit à la presse. "Malheureusement, je crois que ce genre d'exercice coûteux va provoquer la dérision plutôt que du soutien à ce qui est une question très importante".

La ministre des droits des femmes de l'Etat de Victoria, Fiona Richardson, s'est au contraire réjouie de l'expérience qui va aider selon elle à combattre le sexisme. "Il y a plein de manières d'exclure les femmes de l'espace public, qui semblent insignifiantes, mais qui sont symboliquement importantes", a-t-elle déclaré.

"La culture du sexisme est faite de petites touches, comme les figures masculines aux carrefours, et de questions plus graves, comme les taux de violence domestique subis par les femmes. Notre gouvernement travaille à l'égalité entre les sexes pour toutes les femmes", a-t-elle poursuivi.

ATS

 Toute l'actu en bref