Toute l'actu en bref

Les conditions de vie à Manus (photo) et Nauru ont été dénoncées par de nombreuses organisations de défense des droits humains (archives).

KEYSTONE/EPA AAP/EOIN BLACKWELL

(sda-ats)

Le gouvernement australien a conclu un accord à l'amiable dans l'affaire des camps de réfugiés offshore controversés. Près de 2000 réfugiés toucheront l'équivalent de 51 millions de francs de dédommagement pour leur leur détention, ont annoncé mercredi leurs avocats.

Au total, 70 millions de dollars australiens devront être partagés entre 1905 personnes qui sont ou ont été détenues depuis 2012 dans le camp de l'île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Elles avaient formé un recours collectif (class action) pour demander des dédommagements pour le préjudice physique et moral subi.

Les migrants dénonçaient en outre une détention arbitraire en invoquant un jugement rendu l'an passé par la Cour suprême locale qui avait estimé "illégale" et "anticonstitutionnelle" la détention des demandeurs d'asile à Manus. Cet arrangement va permettre au gouvernement australien et aux entreprises privées de sécurité Transfield et G4S d'éviter un procès.

Les plaignants ont en outre obtenu 20 millions de dollars australiens de frais de justice. "Les personnes détenues sur Manus ont vécu dans des conditions extrêmement hostiles, mais elles ne souffriront plus en silence", a déclaré l'avocat Andrew Baker, du cabinet Slater and Gordon.

"Bien qu'aucune somme d'argent ne puisse complètement reconnaître les conditions de détention terribles, nous espérons que ce règlement peut commencer à aider les détenus à reléguer derrière eux ce triste chapitre de leur vie", a-t-il ajouté.

Automutilation et suicides

L'Australie essuie les foudres d'organisations de défense des droits humains, de même que de l'ONU, pour sa politique extrêmement dure vis-à-vis des demandeurs d'asile. Sa marine repousse systématiquement les bateaux de clandestins.

Ceux qui parviennent à gagner ses côtes malgré tout sont placés dans des camps de rétention hors de l'Australie, comme à Manus ou sur Nauru, petite île du Pacifique, le temps que leur demande d'asile soit examinée. Même si leur demande d'asile est jugée légitime, Canberra ne les autorise pas à s'installer en Australie.

Les conditions de vie à Manus et Nauru ont été dénoncées par de nombreuses organisations de défense des droits humains. Elles citent les graves problèmes psychologiques des détenus, les tentatives d'automutilation et de suicide.

Canberra "pas coupable"

Le gouvernement australien n'a pas réagi dans l'immédiat à l'accord de règlement de ce recours collectif. Mais Rory Walsh, un autre avocat des plaignants, a déclaré à la chaîne ABC que ce règlement n'était en rien une reconnaissance de culpabilité de Canberra.

"La ligne de défense des avocats (de l'Australie) était de dire que c'était la Papouasie, et non elle, qui était responsable du maintien en détention", a-t-il dit. "Ce déni permet (à l'Australie) de continuer à faire gérer ces camps".

ATS

 Toute l'actu en bref