Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La justice australienne a mis un point final mardi à l'une des plus célèbres affaires criminelles du pays. Elle a conclu qu'un chien sauvage, un dingo, était à l'origine de la disparition de la petite Azaria Chamberlain dans le désert il y a 32 ans.

"Je pense qu'un dingo a pris Azaria et l'a tirée hors de sa tente", a déclaré Elizabeth Morris, médecin légiste à la cour de justice de Darwin. "Il existe des preuves montrant qu'un dingo est capable d'attaquer, de s'emparer et de causer la mort de très jeunes enfants", a-t-elle ajouté.

Azaria, un bébé de neuf semaines, avait disparu d'une tente près de Uluru, ou Ayers Rock, le 17 août 1980. Son corps n'a jamais été retrouvé. Les parents et le bébé faisaient du camping près du célèbre monolithe rouge du centre de l'Australie, un site sacré pour les aborigènes.

Parents condamnés

L'affaire a suscité des décennies de débats en Australie, et ailleurs dans le monde. Sa mère, Lindy, avait été condamnée à la prison pour le meurtre de son enfant. Elle a toujours nié les faits, en déclarant que la fillette avait été enlevée par un dingo, ces chiens sauvages fréquents dans le désert australien.

Le père avait été condamné à de la prison avec sursis. En 1988, leur condamnation avait été annulée après que des lambeaux du vêtement du bébé aient été retrouvés, des années plus tard, près du terrier d'un dingo. Une troisième enquête, en 1995, n'avait débouché sur aucun verdict.

Ce fait divers avait été porté à l'écran en 1988 avec l'actrice américaine Meryl Streep dans le rôle de la mère, qui se bat pour faire reconnaître son innocence, "A cry in the dark".

ATS