Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe français PSA Peugeot Citroën a encore souffert de la mauvaise santé des marchés automobiles européens au premier semestre, avec une perte nette de 819 millions d'euros (984 millions de francs). Il entend redresser la barre d'ici trois ans.

PSA avait dégagé un bénéfice net semestriel de 806 millions d'euros en 2011. La perte essuyée cette année est bien plus importante qu'anticipé par les analystes.

Le plan d'économies et de cessions d'actifs en cours prévoit la suppression de 8000 postes en France et la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois, dans la banlieue parisienne. Près de 2000 salariés de PSA se sont rassemblés mercredi matin devant le siège du groupe à Paris à l'occasion d'un Comité central d'entreprise.

Demandes du gouvernement

Le gouvernement français va demander aux constructeurs automobiles la "pérennisation des sites de production" dans le pays en échange de son aide au secteur. Il va par ailleurs augmenter des malus pour véhicules polluants et un accroissement des bonus écologiques, a dit mercredi le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

"Les laboratoires de Recherche & Développement", pour laquelle le gouvernement prévoit des financements, "devront être maintenus sur le territoire national", a aussi déclaré M. Montebourg.

Malus compensatoires

Le ministre a précisé que l'exécutif appliquera à partir de 2013 des malus financiers aux véhicules les plus polluants, compensant presque totalement le coût de l'accroissement des bonus mis en place pour les véhicules électriques et hybrides, qui représente un total de 490 millions d'euros.

Le projet prévoit des facilités de financement pour les équipementiers et constructeurs en difficulté face à la baisse des ventes automobiles en Europe, et de réorienter des investissements déjà prévus vers la recherche et développement (R&D).

M. Montebourg a précisé que les seules dépenses nouvelles à prévoir dans ce plan comptent 120 millions d'euros d'aide à la réindustrialisation pour les PME qui créent ou maintiennent de l'emploi, un fonds de 50 millions d'euros pour la mutualisation de certaines actions de la filière, et 5 millions d'euros de surcoût de la dépense publique lié à l'accroissement du parc électrique de l'État.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS