Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sebastian Kurz souhaite mettre fin à dix ans de grande coalition avec les sociaux-démocrates.

KEYSTONE/APA/HELMUT FOHRINGER

(sda-ats)

Les partis politiques autrichiens ont annoncé mardi s'être entendus pour fixer au 15 octobre la date des législatives anticipées. Elles sont réclamées par le tout nouveau dirigeant du parti conservateur ÖVP, Sebastian Kurz, actuel chef de la diplomatie autrichienne.

M. Kurz souhaite mettre fin à dix ans de grande coalition avec les sociaux-démocrates. Une proposition de loi en ce sens doit être formellement présentée mercredi, a-t-il été annoncé à l'issue d'une réunion rassemblant les responsables de tous les partis représentés au Parlement, dont le chancelier social-démocrate Christian Kern.

Le scrutin interviendrait dix mois après une élection présidentielle qu'a remportée en décembre l'écologiste libéral Alexander Van der Bellen face au candidat d'extrême droite Norbert Hofer. Les deux grands partis traditionnels autrichiens avaient été éliminés au premier tour.

"Grandes décisions aux électeurs"

Alors que M. Kern avait exprimé son souhait de voir la législature se poursuivre jusqu'à son terme à l'automne 2018, les événements se sont précipités. Dimanche de M. Kurz, ministre des Affaires étrangères et star de la politique nationale à tout juste 30 ans, était désigné la désignation à la tête de l'ÖVP

Il a appelé à un nouveau scrutin sans attendre, estimant que "les grandes décisions sur la direction que doit prendre ce pays doivent être confiées aux électeurs". L'ÖVP et les sociaux-démocrates (SPÖ) gouvernement ensemble depuis 2007.

Le Parlement pourrait toutefois surseoir jusqu'à fin juin à son vote déclenchant de nouvelles élections. Cela permettrait à la commission parlementaire enquêtant sur les conditions d'achat d'avions de combat Eurofighter dans les années 2000 d'achever ses travaux.

Retour de l'extrême-droite?

Tout en reprochant à l'ÖVP d'avoir "unilatéralement mis fin à la coalition", M. Kern a assuré mardi vouloir poursuivre d'ici là l'application de son programme de gouvernement, quitte à s'allier si nécessaire à l'opposition. Celui-ci comporte notamment la création d'un salaire minimum et d'un renforcement de la lutte contre l'évasion fiscale.

Malgré une embellie sur le front de l'emploi et de la croissance économique, les prochaines législatives pourraient ouvrir la voie à un retour au gouvernement du parti d'extrême droite FPÖ, créditée d'environ 30% des intentions de vote. Cette formation serait susceptible de former une coalition tant avec l'ÖVP qu'avec les sociaux-démocrates, selon les analystes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS