Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le commandant de bord au comportement "incohérent" qui a effrayé mardi les passagers d'un avion en route pour Las Vegas, conduisant à son atterrissage d'urgence, a été inculpé mercredi, ont annoncé les autorités. Il est accusé d'avoir "perturbé l'équipage".

Un avion de la compagnie JetBlue, parti mardi de New York, avait été détourné vers un aéroport du Texas (sud), en raison du "comportement erratique" du commandant de bord, qui a évoqué en criant une alerte à la bombe avant d'être maîtrisé par les passagers.

Selon un communiqué du ministère américain de la Justice, Clayton Frederick Osbon, 49 ans, était arrivé en retard à la réunion d'équipage, avant le décollage, et avait montré des signes inquiétants dès le début du vol, tenant des propos "incohérents" sur la religion ou son état de concentration.

Cockpit fermé

"Le co-pilote a commencé à s'inquiéter lorsque M. Osbon a déclaré que 'rien n'avait d'importance'" et qu'il s'est mis à "couper les liaisons radio, baisser la lumière de ses écrans de contrôle et réprimander le co-pilote pour essayer de communiquer par radio", précise le ministère.

"Quand M. Osbon a dit qu'il fallait 'faire le grand saut dans la foi', le co-pilote est devenu inquiet. M. Obson lui a dit 'Nous n'allons pas à Las Vegas' et a commencé à réciter ce que le co-pilote a qualifié de sermon", poursuit le ministère.

Neutralisé

Sans respecter les procédures réglementaires, le commandant de bord a ensuite quitté le cockpit pour aller aux toilettes. Pendant ce temps, le co-pilote a invité un pilote de JetBlue en congé, qui voyageait sur le vol, à le rejoindre dans le cockpit.

En sortant des toilettes, M. Osbon a évoqué avec le personnel de cabine les "150 âmes à bord", avant d'essayer de rentrer dans le cockpit. Le co-pilote a alors demandé par le haut-parleur à ce qu'il soit neutralisé.

A ce moment, plusieurs passagers l'ont plaqué au sol alors qu'il criait des propos sur Jésus, le 11-Septembre, l'Irak, l'Iran et les terroristes, affirme le communiqué du ministère.

ATS