Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil fédéral ne ferme pas totalement la porte à d'autres offres concernant les avions de combat. Si la procédure est désormais close pour les avionneurs, elle ne l'est pas pour les Etats, a précisé jeudi la conseillère fédérale Doris Leuthard.

"Les offres des entreprises ne sont plus possibles. Si un Etat veut faire une offre, c'est autre chose. Mais jusqu'à présent, nous n'avons pas reçu de telles offres", a déclaré Doris Leuthard dans l'émission matinale de la Radio suisse romande.

Les Etats peuvent en effet faire une offre au gouvernement pendant la phase d'acquisition, actuellement ouverte. "Si un Etat vient auprès du Conseil fédéral avec une offre, la Suisse se doit de répondre", mais pas forcément positivement, a affirmé à l'ats le porte-parole du gouvernement, André Simonazzi.

Votation populaire possible

Durant la phase d'acquisition, le Conseil fédéral va transmettre son message aux Chambres fédérales. Ce sera ensuite au Parlement de débattre de la meilleure solution pour la Suisse, sous réserve d'une votation populaire.

Le Conseil fédéral a choisi, durant la procédure d'appel d'offre, le Gripen suédois pour remplacer les vieux Tiger de l'armée suisse. Pour le gouvernement, le Gripen reste l'avion qui présente le meilleur rapport qualité-prix. La facture pour 22 exemplaires de l'avion suédois est pour l'instant devisée à 3,1 milliards de francs.

ATS