Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le choix du Gripen du suédois Saab par le Conseil fédéral est celui qui comporte le plus de risques. Le prix été le critère de base. La commission dresse dans un rapport un bilan très critique de l'achat de nouveaux avions de combat. Cependant, elle ne remet pas pour autant en question cette acquisition.

La commission a renoncé à demander au Conseil fédéral de suspendre l'affaire en attendant d'éclaircir les questions ouvertes, a indiqué sa présidente Chantal Galladé (PS/ZH) mardi.

Faire la lumière

Au fond, la majorité bourgeoise tient à l'achat de nouveaux appareils, a ajouté Thomas Hurter (UDC/SH). Le Schaffhousois estime que le projet a encore ses chances. Le Conseil fédéral devra toutefois faire toute la lumière dans le programme d'armement qu'il remettra aux Chambres, en principe à mi-octobre.

Car le rapport élaboré par une sous-commission présidée par le pilote Thomas Hurter est assez cinglant. "Le choix de l'appareil opéré par le Conseil fédéral est celui qui comporte le plus de risques - de nature technique, commerciale, politique, financière ou en lien avec le respect du calendrier", peut-on y lire.

Risques financiers et politiques

Le rapport distingue plusieurs risques: apparition de problèmes techniques/impossibilité de développements ultérieurs, taille de la flotte globale helvético-suédoise restreinte, intégration d'amélioration techniques non prévues dans le contrat.

La sous-commission "ne serait en outre pas suprise" si les dates de livraison (de mi-2018 à mi-2020) étaient une nouvelle fois reportées.

Mauvaise communication

Si elle juge correcte la procédure d'évaluation de l'avion, la sous-commission n'est pas pour autant avare en critiques. La communication a été plutôt déficiente durant toute la procédure.

Les constructeurs écartés ont fustigé le fait que les innovations techniques apportées à leurs appareils après 2009 n'ont pas été prises en compte. Le rapport critique en outre les offres faites pour les affaires compensatoires.

Selon Ueli Maurer, les 22 Gripen coûteront exactement 3,126 milliards de francs. Selon conseiller fédéral, aucun risque financier ne pèse sur l'achat des avions de combat. Le ministre de la défense a rejeté les critiques de la commission au sujet des garanties.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS