Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pilatus va fournir 55 avions d'entraînements à l'Arabie Saoudite. La firme a signé vendredi un contrat avec le groupe de défense britannique BAE Systems portant sur la livraison des PC-21. Il s'agit de la plus grosse commande de l'histoire de Pilatus.

Les avions commandés font partie d'un paquet. BAE doit également fournir 22 avions d'entraînement de type Hawk, des simulateurs et de l'équipement à la Royal Saudi Air Force. BAE avait rendu publique la transaction mercredi. Au total, la livraison porte sur 1,6 milliard de livres sterling (2,4 milliards de francs).

Le directeur de Pilatus Oscar Schwenk n'a pas pu indiquer vendredi quelle part de cette somme revenait à Pilatus. Le contrat passé avec BAE comporte une clause de confidentialité.

"Percée décisive"

Il est cependant possible de dire qu'il s'agit de la plus grosse commande jamais enregistrée par la firme, a indiqué M. Schwenk. Le deuxième plus gros contrat a été enregistré la veille. L'armée de l'air indienne a commandé jeudi 75 avions d'entraînement de type PC-7, pour une somme de 500 millions de francs.

Pour Pilatus, la commande de l'Arabie Saoudite n'est pas seulement un succès financier, qui devrait garantir que la production reste à Stans pour un long moment, il s'agit également d'une "percée décisive" pour le PC-21, selon M. Schwenk.

Autorisation d'exporter

Le chef de Pilatus n'a pas de souci à se faire concernant l'autorisation d'exporter vers l'Arabie Saoudite. Le Conseil fédéral a certes stoppé l'exportation de matériel de guerre vers le pays, mais les avions d'entraînement ne sont pas considérés comme tels.

Ils sont soumis à la loi sur le contrôle des biens. Le Secrétariat d'Etat à l'économie a donné son feu vert mi-avril en accord avec les Départements fédéraux des affaires étrangères et de la défense.

ATS