Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'homme qui est accusé d'avoir planifié d'attaquer le Pentagone et le Congrès des Etats-Unis avec des avions en modèle réduit téléguidés bourrés d'explosifs a plaidé non coupable lundi. Arrêté mercredi par le FBI, il encourt une peine de prison de 85 ans.

L'homme âgé de 26 ans, arrêté la semaine dernière dans le cadre d'un piège tendu par le FBI, a comparu devant un tribunal de Worcester (Massachusetts), dans le nord-est des Etats-Unis.

Le juge a accepté la demande de report de l'audience consacrée à la demande de mise en liberté conditionnelle introduite par la défense. Cette dernière se tiendra le 20 octobre.

Alors que le présumé coupable entrait dans la salle d'audience du tribunal, une vingtaine de proches et de parents l'ont accueilli en criant "nous sommes avec toi" ou "on t'aime". Durant l'audience, l'accusé est resté calme. Sa mère, elle, a éclaté en sanglots.

Préparation minutieuse

Le jeune homme préparait ses attentats depuis janvier 2010, selon l'acte d'accusation. Dans des conversations enregistrées par le FBI, il a expliqué qu'il voulait "attaquer les armées d'infidèles et tuer un maximum de gens".

Il a également déclaré à un agent du FBI se faisant passer pour un membre d'Al-Qaïda qu'il voulait attaquer le Pentagone avec des petits avions téléguidés "semblables à un petit drone", bourrés d'explosifs.

En avril 2011, il avait élargi son projet au Congrès, précisant qu'il voulait y faire s'écraser un avion télécommandé contre le dôme du Capitole pour "décapiter l'empire tout entier". En avril et mai derniers, il avait livré à un agent du FBI se faisant encore passer pour un agent d'Al-Qaïda deux clés USB détaillant son projet

L'homme était allé repérer les lieux et photographier ses cibles pour ce projet qui prévoyait d'utiliser trois avions en modèle réduit et six personnes armées d'armes automatiques, dont lui.

ATS