Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Le Servette FC a déposé aujourd'hui jeudi son bilan auprès de la Chambre commerciale du tribunal de première instance de Genève.
Des repreneurs se sont manifestés et des pourparlers sont en cours entre toutes les parties. La Swiss Football League reste mesurée mais a fait part de son pessimisme.
Le cabinet d'avocats du club précise dans un communiqué signé par Me Dominique Warluzel que le président et unique actionnaire Majid Pishyar "a fait abandon de l'intégralité de ses créances envers le club", confirmant ainsi que la Servette Football Club 1890 SA est à vendre. "Des pourparlers avancés se poursuivent avec des tiers pertenaires et/ou investisseurs", continue Me Warluzel. En déposant son bilan, le club a ouvert la voie à ces éventuels repreneurs, lesquels auraient déjà été, selon les informations recueillies par Sportinformation, en contact avec le juge en charge du dossier.
De son côté, la Ligue "a pris connaissance" de la situation de Servette mais "ne peut pas fournir des renseignements complémentaires", notamment "des éclaircissements concernant la suite de la procédure (en particulier pour la compétition)", écrit-elle dans un communiqué. Les joueurs du club auraient toutefois reçu, selon l'un d'eux, la garantie de pouvoir jouer samedi à Thoune pour le compte de la 23e journée d'Axpo Super League. La Ligue a confirmé que la décision de jouer cette rencontre appartenait en premier lieu aux Servettiens et évoque une décision de la justice pour la semaine prochaine.
Absent depuis longtemps de Genève, tout comme ses fils également membres de l'organigramme du club, Majid Pishyar a publié sur le site de Servette une prise de position. L'homme d'affaires iranien assure avoir "tout tenté pour assurer le futur du club", mais regrette que son appel à l'aide lancé début février à l'attention des pouvoirs publiques et des milieux économiques n'ait pas porté ses fruits. "Toutefois nous continuons à nous battre pour le SFC", affirme encore M. Pishyar.

ATS