Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Neuchâtel Xamax échappe pour le moment à la faillite.
La Cour civile du Tribunal régional de Neuchâtel a demandé au club de la Maladière d'apporter de nouvelles pièces comptables. Une décision sera prise le mercredi 2 novembre.
Pour mémoire, l'avocat genevois Ralph Isenegger réclame à Neuchâtel Xamax - à titre d'intermédiaire de la négociation - une somme de 400'000 francs sur les 800'000 francs versés cet été à Young Boys pour le transfert de Freddy Mveng. La somme restant impayée à ce jour, Ralph Isenegger exige le prononcé de la faillite du club de Bulat Chagaev, sans poursuites préalables.
Le document signé par l'ancien président de Neuchâtel Xamax, Andreï Rudakov, reconnaît le droit de l'avocat négociateur à percevoir 50% du prix du transfert de Freddy Mveng. La reconnaissance de dette toutefois ne précise pas le montant de la vente du joueur, qui restait alors à négocier.
A ce sujet, Me François Canonica a déclaré que le prix du transfert a été largement surévalué. Il a relevé à ce sujet l'intervention pour le compte de Young Boys, dans le cadre de la transaction, de Laurent Isenegger, frère de Ralph.
L'avocat négociateur n'était pas l'agent de Freddy Mveng, a encore relevé l'avocat de Neuchâtel Xamax. Il agissait au nom de Bulat Chagaev, propriétaire du club neuchâtelois. Le nom de Ralph Isenegger n'apparaît pas dans les registres de transfert de la Swiss Football League (SFL), comme cela doit être le cas pour les agents de joueurs, alors qu'il a effectivement tenu ce rôle.
Selon lui, la SFL elle-même a jugé abusif le montant réclamé à Neuchâtel Xamax par l'avocat négociateur. Me François Canonica s'est aussi demandé pour quelles raisons la somme devait être versée sur un compte à Gibraltar.
De son côté, Me Vincent Solari, mandataire de Ralph Isenegger, a balayé cette argumentation d'un revers de manche. Ce qui compte, a-t-il déclaré, c'est la réalité de la reconnaissance de dette. Et le fait que la somme due reste impayée.
A ce sujet, l'avocat genevois a relevé que 69 procédures de poursuites ont été intentées à ce jour à l'endroit de Neuchâtel Xamax pour un montant de 4,2 millions de francs. L'insolvabilité du club neuchâtelois est désormais avérée et justifie une requête de mise en faillite, a conclu Me Vincent Solari.
Interrogée par le président du tribunal, Barbara Perriard, nouvelle directrice générale de Neuchâtel Xamax, a dénoncé la curée dont fait l'objet Bulat Chagaev. Selon elle, le propriétaire tchétchène détient l'argent nécessaire au paiement des dettes du club, mais ne parvient pas à le faire transférer en Suisse.
Barbara Perriard a remis à la Cour civile une attestation de la Bank of America de New York stipulant qu'une somme de 35 millions de francs détenues par Bulat Chagaev était destinée à Neuchâtel Xamax. Mais les banques de la place, en particulier le Crédit Suisse, font des difficultés pour accepter le dépôt de cette somme en Suisse, a dit Barbara Perriard.

ATS