Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour sa première course de la saison, Almaz Ayana a conquis avec une insolente aisance le titre mondial du 10'000 m, à Londres.

Championne olympique en titre et recordwoman du monde, l'Ethiopienne a fait exploser le peloton peu avant la mi-course.

Ayana avait été blessée tout au long de la saison et contrainte d'annuler plusieurs participations en meeting. Mais elle ressortie de sa boîte, ou plutôt de son stage d'entraînement d'Addis Abeba, pour un cavalier seul impressionnant. Cette ancienne spécialiste de 3000 m steeple s'est imposée en 30'16''32, meilleur chrono de la saison. Elle a effectué la deuxième moitié de course près d'une minute et demie plus vite que la première, un "negative split" historique par son ampleur. Elle a du reste doublé la moitié des concurrentes.

Une immense championne comme l'Ethiopienne Tirunesh Dibaba, qui compte huit sacres mondiaux et olympiques à son palmarès, termine 2e à... plus de 300 m (31'02''26), tandis que la Kényane Agnes Tirop prend le bronze (31'03''50).

Almaz Ayana un deuxième titre mondial à son palmarès après l'or sur 5000 m à Pékin il y a deux ans.

Le Lituanien Andrius Gudzius a surpris les favoris pour remporter l'or au lancer du disque avec un jet à 69m21. L'ancien champion du monde juniors, digne successeur de son compatriote Virgilijus Alekna, a devancé de 2 cm le Suédois Daniel Stahl, grand dominateur de la saison jusque-là. L'Américain Mason Finley décroche le bronze (68m03), au terme de ce concours qui aura marqué la défaite des champions confirmés (Piotr Malachowski, 5e, ou Robert Harting, 6e) et l'avènement d'une nouvelle génération.

ATS