Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La cage thoracique de la jeune victime a été perforée pour prélever le foie.

Zesch et al. 2017, PLOS ONE

(sda-ats)

Une momie en position assise acquise en 1921 par le Musée des cultures de Bâle ne contenait pas comme attendu un guerrier Inca mais un enfant de huit ans environ. C'est ce que rapportent dans la revue PLOS ONE des chercheurs qui ont passé l'objet au scanner.

La momie en question est visible depuis septembre et jusqu'à la fin du mois au Musée d'histoire naturelle de Bâle (NMB) dans le cadre d'une exposition présentant une soixantaine de momies d'humains et d'animaux.

Avant de l'exposer toutefois, l'équipe de Gerhard Hotz, anthropologue au NMB, a voulu en savoir plus, a indiqué l'institution dans un communiqué jeudi. La momie de provenance inconnue avait été acquise à Munich et n'a jamais été ouverte pour vérifier son contenu. La fourchette de datation va du 15e au 17e siècle.

Résultats du scanner: il s'agit d'un enfant de sept à neuf ans qui souffrait de diverses maladies, notamment d'un neurofibrome (maladie de Recklinghausen), d'une pneumonie et de parasites (maladie de Chagas). Mais c'est de mort violente qu'il est décédé, sa cage thoracique ayant été ouverte et son foie retiré puis coupé en morceaux et déposé à côté de lui.

Il est connu que les prêtres Inca pratiquaient des sacrifices humains, d'enfants notamment, aux fins d'oracles en lisant le foie, notamment dans les Andes péruviennes. Un tel processus n'a toutefois jamais été mis en évidence sur une momie Inca, écrivent les scientifiques, qui entendent par conséquent approfondir leurs recherches au terme de l'exposition en prélevant des tissus.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS