Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le PS n'est plus représenté au gouvernement de Bâle-Campagne pour la première fois depuis 90 ans. Le siège laissé vacant par le socialiste Urs Wüthrich a été ravi dimanche par la PLR Monica Gschwind, qui rejoint les autres sortants, une PLR, un PDC, un UDC et un Vert. Au Parlement aussi, le camp rose-vert perd des plumes.

La défaite est qualifiée d'historique. Le PS participe au gouvernement de Bâle-Campagne depuis 1925. Il a même totalisé deux représentants dans les années 30 à 50 et plus récemment de 1989 à 1999.

Le PLR, l'UDC et le PDC s'étaient alliés pour renforcer la majorité bourgeoise au gouvernement en éjectant le PS. Cette alliance qui s'est constituée à droite intégrait cette fois l'UDC.

Au total, Anton Lauber (PDC), à la tête des finances, a obtenu le meilleur score avec 41'917 voix devant le directeur de l'économie publique et de la santé Thomas Weber (UDC), 36'625 voix. Suivent Isaac Reber (Verts/ 30'409 voix), directeur de la sécurité, la nouvelle venue Monica Gschwind (PLR/ 29'789) tandis que Sabine Pegoraro (PLR/28'621), responsable des constructions et de l'environnement, ferme la marche.

Le PLR retrouve deux sièges

Le PLR retrouve deux sièges au total, après en avoir perdu un en 2013. Maire de Hölstein et députée au Grand Conseil, Monica Gschwind, 52 ans, représente l'aile droite du PLR. Deux femmes portent désormais les couleurs de ce parti au gouvernement de Bâle-Campagne.

Le ministre socialiste à la tête de l'instruction publique était le seul à ne pas se représenter. Il avait accompli trois mandats. Les socialistes annoncent d'ores et déjà vouloir mener une politique d'opposition.

Autre candidat, le bourgeois-démocrate Matthias Imhof a fait de la figuration avec 9094 voix. Le PBD est encore un "microparti" dans ce canton. La participation a atteint 33,15 %.

Parlement: virage à droite

Le gouvernement de Bâle-Campagne a pris un virage à droite, mais aussi le Parlement. Les Verts ont perdu quatre sièges et en occuperont désormais 8 tandis que l'UDC en a gagné 4 (28) et le PLR 3 (17). Le camp rose-vert se retrouve dorénavant avec 29 sièges, les partis bourgeois avec 53 et le centre, qui s'érode, avec 8.

Le PS garde le même nombre de sièges, 21, et reste le deuxième parti après l'UDC. Le PDC et et les Verts'libéraux restent aussi stables avec 8 sièges pour le premier et 3 pour les seconds. En revanche, le PBD perd 3 sièges et n'en conserve plus qu'un. Au total, le taux de participation à l'élection au Grand Conseil a atteint 33, 89 %.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS