Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement de Bâle-Ville critique la politique d'information de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN). L'exécutif estime avoir été informé trop tard d'un rejet dans le Rhin d'un désinfectant provenant de la centrale nucléaire de Leibstadt (AG).

Il est "inacceptable" que les autorités bâloises et celles en aval sur le Rhin n'aient pas été informées plus tôt, a indiqué vendredi l'exécutif bâlois en réponse à une interpellation parlementaire. Le fleuve alimente en eau potable environ 20 millions de personnes.

L'eau de refroidissement de la centrale nucléaire de Leibstadt contient des légionelles. En juin, plus de 16 tonnes de produits désinfectants ont été utilisés pour les éliminer. L'eau ainsi traitée a été rejetée progressivement dans le Rhin.

L'autorité de surveillance pour cette opération est l'IFSN. Selon le gouvernement bâlois, il était du devoir de l'IFSN et des offices fédéraux de l'environnement (OFEV) et de la santé (OFSP) d'informer suffisamment tôt les autorités concernées le long du Rhin.

L'Allemagne a aussi été désagréablement surprise. Le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie a reproché en juillet à la Suisse de l'avoir averti tardivement du rejet de produits chimiques dans le Rhin. La Suisse s'est excusée pour ce retard.

ATS