Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bâle est sous pression. Si l'équipe veut participer à la phase de groupes de la Ligue des champions, elle doit soit gagner soit obtenir un nul en inscrivant beaucoup de buts.

Il s'agit du premier vrai test pour l'entraîneur Urs Fischer depuis son arrivée dans la cité rhénane. Parce qu'ils n'ont pas su faire la différence au match aller dans leur Parc St-Jacques mercredi dernier (2-2), les Bâlois vont devoir aller chercher un résultat au bruyant stade Bloomfield de Tel Aviv. Le Zurichois s'est montré optimiste. Il est persuadé que ses joueurs sont prêts à relever le défi et qu'ils seront capables de corriger le résultat assez injuste de la semaine passée.

Pas question de jouer les attentistes

Il y a six jours, le résultat avait été assez cruel pour les rotblau. 68% de possession de balle, 16-5 au niveau des tirs et 10-1 pour ce qui est du cornerscore. Oui, Bâle n'a pas été récompensé. La prestation de l'arbitre écossais Collum n'a pas arrangé les affaires du FCB. Le but valable refusé à Daniel Hoegh a crispé les hommes de Fischer. Mais les Rhénans ne peuvent s'en prendre qu'à eux sur les deux buts inscrits par le capitaine Eran Zahavi (31e et 96e). Seule vedette de son équipe, l'Israélien aurait dû être mieux surveillé.

Mais à Bâle, on est certain de pouvoir répéter les bonnes choses du match aller tout en effaçant les erreurs individuelles. La réaction positive de l'équipe lors de la dernière journée de championnat à Lugano (victoire 3-1) a prouvé à Urs Fischer que son groupe avait su regagner de la confiance.

Le directeur sportif Georg Heitz affiche un positivisme qu'il espère contagieux: "Nous devons aborder ce match retour sans penser à un possible échec, mais au contraire en se disant que l'on pourrait réussir quelque chose de grand lors de la phase de groupes de la Ligue des champions." Pour Fischer, il ne s'agira pas que ses hommes partent à l'abordage dès le coup d'envoi, mais que l'équipe fasse preuve d'audace et qu'elle se montre entreprenante: "Attendre ne fait pas partie de notre ADN, cela ne va pas avec notre sytle et notre caractère. La saison actuelle l'a mis en lumière, nous avons des problèmes lorsque nous nous montrons trop passifs." Lors du match retour contre Lech Poznan au tour précédent, Bâle avait été mis sous pression par un poids léger des compétitions européennes. Pas question pour l'entraîneur zurichois de répéter cela.

Le FCB va devoir composer pour cette partie sans son régisseur argentin Matias Delgado, blessé aux côtes, ni son attaquant autrichien Marc Janko, victime d'une blessure à la cuisse à l'occasion du match aller. Davide Callà, décisif en championnat contre Lugano et auteur de deux buts, pourrait profiter de son bon match pour se montrer sur la scène européenne. Excellent à Bâle, Breel Embolo sera très attendu et la chaude ambiance du stade Bloomfield ne devrait pas le perturber.

L'argent n'est pas la priorité

Le terme que l'on aime associer à la Ligue des champions, c'est bien souvent l'adjectif lucratif. Le prize-money pour une participation à la phase de groupes se monte à 12 millions d'euros. Depuis 2012 et deux défaites face aux Roumains de Cluj en qualifications, les Rhénans n'ont pas manqué le train de l'ancienne C1. Mais Georg Heitz ne veut pas en faire une montagne et assure que le club est mieux armé aujourd'hui qu'il y a cinq ans contre le Sheriff Tiraspol. Selon lui, le FCB pourrait se contenter d'une participation à l'Europa League. Mais l'heure n'est pas aux pensées négatives. "Nous avons encore toutes nos chances d'accéder à la Ligue des champions", conclut le directeur sportif.

Maccabi Tel Aviv - Bâle

Mardi, 20h45. Arbitre: Skomina (Sln).

Formations probables:

Maccabi Tel Aviv: Pablo; Shpungin, Ben Haim I, Tibi, Ben Harush; Alberman, Igiebor; Ben Haim II, Zahavi, Rikan; Ben Basat.

Bâle: Vaclik; Lang, Hoegh, Suchy, Safari; Elneny, Xhaka; Boëtius, Zuffi, Bjarnason; Embolo.

Notes: Bâle sans Delgado, Kuzmanovic, Janko ni Ivanov (blessés).

ATS