Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les citoyens de Bâle-Ville sont appelés aux urnes dimanche prochain pour se prononcer sur deux initiatives et un contre-projet. L'une demande plus de présence policière dans les rues et l'autre la levée de la limitation du nombre de places de parc sur des terrains privés.

L'initiative de l'UDC "pour un canton de Bâle-Ville sûr" exige au moins 30% d'heures de plus de présence policière en uniforme dans les rues. Pour y parvenir, il faudrait 120 policiers en plus, selon les initiants qui ont récolté 3200 signatures.

Beaucoup de citoyens ne se sentent plus en sécurité en raison de l'augmentation des délits, souligne l'UDC. Selon le gouvernement, le nombre de délits par habitant à Bâle est toutefois moins élevé qu'à Genève, Lausanne, Berne et Zurich.

Des agents aux points chauds

L'exécutif a aussi la volonté d'améliorer la sécurité. Plutôt que de mettre des policiers partout, il préfère renforcer les effectifs aux points chauds. De 2012 à 2015, le canton va ainsi engager 45 agents supplémentaires.

L'initiative de la Chambre de commerce "Oui au parking sur les terrains privés" demande la levée des limitations actuelles à installer des places de parc sur des terrains privés. Elle a récolté plus de 3700 signatures.

Le gouvernement et le parlement ont rejeté l'initiative et élaboré un contre-projet. Il prévoit que le nombre de places sur un terrain privé pourra être augmenté de 20% près de bureaux et de bâtiments industriels s'il n'y a pas assez de places de parc aux environs.

ATS