Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les combles du bâtiment Belle Epoque situé en face de la gare centrale ont été détruits. Les feux couvrants qui s'y trouvent peuvent encore être ravivés dans les prochains jours, selon les pompiers (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Il existe toujours des feux couvrants sous les gravats du bâtiment fortement endommagé le week-end dernier au centre de Zurich. Les pompiers ont dû intervenir dans la nuit de lundi à mardi suite à un dégagement de fumée. Ils ont rapidement éteint les flammes.

"Après un incendie d'une telle ampleur, nous partons du principe qu'il reste des nids incandescents", explique à Keystone-ATS un porte-parole des pompiers. Ce dernier confirme une information révélée par la station régionale Radio Top. Et d'ajouter: "cela peut très bien se reproduire à plusieurs reprises ces prochains jours, mais nous sommes basés à proximité et pouvons intervenir aussitôt."

Nettoyage et enquête en cours

Les travaux d'évacuation des gravats sont toujours en cours, l'enquête pour établir les causes de l'incendie aussi. L'immeuble touché, d'usage commercial, a été la proie des flammes tôt samedi matin.

Présents en nombre, les pompiers ont réussi à contenir le brasier qui ravageait les combles de cet édifice de la Belle Epoque, situé en face de la gare centrale. Le bâtiment se trouvait en rénovation. Au moins une bonbonne de gaz a explosé lors du sinistre. Un policier souffre de traumatisme sonore suite à ces explosions.

Le périmètre a été bouclé et le trafic paralysé durant la journée de samedi. Trams, bus et véhicules privés ont pu circuler à nouveau partiellement en soirée avant que la situation ne se normalise peu à peu dimanche.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS