Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président bélarusse Alexandre Loukachenko, candidat pour un cinquième mandat, a libéré samedi six opposants. Parmi eux, l'ex-candidat à la présidentielle Mikola Statkevitch, considéré comme le principal prisonnier politique de cette ex-république soviétique.

"Je vais continuer à faire ce que je faisais avant: oeuvrer pour un Bélarus libre", a déclaré M. Statkevitch, qui était emprisonné depuis fin 2010, à son arrivée à la gare routière de Minsk, où environ 200 personnes l'ont accueilli aux cris de "Héros".

"Dans les jours à venir, je veux voir mes proches, voir le soleil parce qu'il ne reste plus qu'une semaine d'été, et dans le même temps je vais rencontrer les représentants de l'opposition pour réfléchir à ce que nous allons faire", a poursuivi le cofondateur du parti social-démocrate bélarusse, cheveux blancs très courts et t-shirt noir, très souriant.

La grâce accordée aux six prisonniers a été annoncée dans un bref communiqué de la présidence invoquant "des principes d'humanisme". Elle intervient trop tard pour que M. Statkevitch puisse se présenter à la prochaine présidentielle, prévue le 11 octobre dans un contexte complexe pour Alexandre Loukachenko. L'homme fort du Bélarus depuis plus de 20 ans fait face à des relations avec Moscou refroidies par la crise ukrainienne et une profonde récession économique causée par la crise frappant la Russie.

Parmi les autres opposants libérés, Mikola Roubtsev avait été arrêté alors qu'il portait un t-shirt demandant le départ de M. Loukachenko, tandis que les quatre autres hommes étaient accusés d'appartenir à un groupe d'anarchistes ayant lancé un cocktail Molotov contre des locaux du KGB, l'héritier des services de renseignement soviétiques..

Le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland, a salué "un pas important qui va dans la bonne direction", dans un communiqué.

ATS