Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au 30 juin, UBS a réalisé des économies de coûts nettes de 1,8 milliard de francs (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

UBS a réalisé au deuxième trimestre 2017 un bénéfice net revenant aux actionnaires de 1,17 milliard de francs, en hausse de 14% sur un an. Le résultat opérationnel de la grande banque a lui progressé de 0,9% à 1,5 milliard.

En revanche, le produit d'exploitation s'est contracté de 1,8% à 7,27 milliards de francs entre avril et juin, indique vendredi le numéro un bancaire helvétique dans un communiqué. Grâce à ces résultats, UBS a dépassé les attentes à tous les niveaux.

Les analystes interrogés par l'agence financière awp s'attendaient en effet à un profit net de seulement 938 millions de francs et à un résultat avant impôts de 1,34 milliard. Les recettes étaient quant à elles anticipées à 7,24 milliards.

Au 30 juin, UBS a réalisé des économies de coûts nettes de 1,8 milliard de francs sur une base annualisée. Le groupe se trouve ainsi en bonne voie pour atteindre son objectif d'économies de coûts de 2,1 milliards d'ici à fin 2017.

Amélioration du moral

"Compte tenu des conditions de marché, les résultats du deuxième trimestre ont été très bons et ont contribué à un premier semestre solide", a commenté le directeur général Sergio Ermotti. L'amélioration du moral des investisseurs et le renforcement de leur confiance se sont traduits par une amélioration du niveau d'activité des clients dans la gestion de fortune, commente la grande banque.

En revanche, la persistance de faibles niveaux de volatilité et des facteurs saisonniers pourraient continuer à affecter l'activité globale des clients. Par ailleurs, les tensions géopolitiques et les incertitudes macroéconomiques continuent de faire planer un risque sur leur moral, malgré le renforcement de la reprise mondiale attendu.

Les taux d'intérêt faibles et négatifs, surtout en Suisse et dans la zone euro pèsent sur les marges d'intérêt nettes, ce qui pourrait être partiellement contrebalancé par les effets de la poursuite de la normalisation de la politique monétaire américaine. Au final, UBS s'estime bien positionné pour faire face à ces défis et bénéficier de nouvelles améliorations des conditions de marché.

ATS