Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La banque privée genevoise UBP a largement augmenté son bénéfice net en 2017 (archives).

KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

(sda-ats)

L'Union Bancaire Privée (UBP) a dégagé un bénéfice net en hausse de 25% en 2017, à plus de 220 millions de francs contre 176,4 millions un an plus tôt. Porté par la gestion d'actifs et le conseil, le résultat opérationnel avance de plus de 41% à plus de 271 millions.

Le bénéfice net a pu être dégagé notamment grâce à la poursuite de la bonne gestion des coûts, a indiqué jeudi la banque privée genevoise. Le rapport entre charges et produits continue de diminuer à 64,1%, contre 67,9 un an auparavant.

La progression des charges s'établit à un peu plus de 5% pour atteindre près de 670 millions, contre 634,7 millions un an plus tôt. Une situation liée à la reprise des activités de Coutts en Asie, finalisée en avril dernier, qui a demandé un étoffement du dispositif. Mais elle reflète aussi la réglementation grandissante et les investissements importants dans le numérique.

"Nous avons certes bénéficié d'une conjoncture particulièrement favorable et de marchés porteurs", admet le patron Guy de Picciotto. Mais il souligne surtout "les efforts et les investissements déployés ces dernières années, notamment en Asie". Il salue aussi un "contexte économique prometteur" et la "bonne santé" de l'industrie bancaire suisse.

Revenus à plus d'un milliard de francs

Les revenus de l'activité atteignent 1,05 milliard de francs, contre 934,6 millions fin 2016. Une augmentation attribuée aussi à l'extension des commissions (+15%) liée à la croissance significative des actifs de la clientèle privée. L'amélioration de la marge d’intérêts de 25 millions, en hausse de 10%, constitue également une explication.

Côté avoirs sous gestion, la banque rassemble désormais 125,3 milliards, en augmentation de 5,9% par rapport à fin 2016. Une avancée alimentée par les marchés, les afflux nets des clients institutionnels à 2,5 milliards de francs et les apports de la clientèle privée dans les marchés émergents.

Ces indications ont permis de compenser les sorties liées à la poursuite des régularisations fiscales de clients, surtout non européens. La solidité financière contribue à un ratio Tier 1 à près de 28%, contre près de 25% en 2016, largement supérieur au minimum exigé par Bâle III et l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

Et le ratio de liquidité à court terme s'établit aussi en augmentation à 278,4%, soit 2,8 fois le minimum requis par Bâle III. L'UBP est active dans la gestion de fortune pour les clientèles institutionnelle et privée. Au total, elle regroupe plus de 1690 collaborateurs à Genève et plus de 20 sites dans le monde.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS