Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Roche (ici le président de l'organe de surveillance Christoph Franz) figure au 3e rang des entreprises européennes ayant réalisé les plus gros bénéfices 2015, devant Novartis (8e). Des firmes pharmaceutiques, des groupes automobiles et des géants alimentaires figurent au palmarès (archives).

KEYSTONE/PATRICK STRAUB

(sda-ats)

Le groupe automobile allemand Daimler a dominé le top-10 des entreprises européennes ayant les meilleurs résultats d'exploitation (EBIT), avec 13,2 milliards d'euros (14,6 milliards de francs). Roche figure au troisième rang, suivi par Nestlé. Novartis est huitième.

Deuxième, le groupe brassicole belgo-brésilien AB Inbev a réalisé un bénéfice avant intérêts et impôts de 12,8 milliards d'euros. Le géant pharmaceutique bâlois Roche complète le trio de tête avec 12,7 milliards, selon une analyse publiée dimanche par le cabinet de conseil E&Y.

Le géant alimentaire vaudois Nestlé occupe le quatrième rang, avec un EBIT de 11,4 milliards d'euros. L'autre groupe pharmaceutique bâlois, Novartis, a lui enregistré un bénéfice d'exploitation de 8,3 milliards.

Le chiffre d'affaires des grandes entreprises européennes a reculé de 4% entre 2014 et 2015, le bénéfice total s'écroulant de 14%.

L'enquête révèle que le groupe automobile allemand Volkswagen, au coeur du scandale des moteurs truqués, a affiché l'an dernier un recul de quelque 4,1 milliards d'euros, soit la deuxième plus grande perte en Europe. Le groupe pétrolier britannique BP a enregistré un déficit encore plus important.

Apple largement devant

Les entreprises américaines sont de loin plus rentables. La multinationale californienne de l'électronique Apple affiche un bénéfice d'exploitation de 71,2 milliards de dollars (70,8 milliards de francs), devant la société d'investissements Berkshire Hathaway (38,2 milliards) et l'opérateur téléphonique Verizon (33,1 milliards). Daimler ne figurerait même pas dans le top-10 aux Etats-Unis.

Aucune entreprise active dans les technologies de l'information et de la communication ("new economy") n'est présente dans le top-10 européen. La situation est tout autre aux Etats-Unis: outre Apple, Microsoft ou Alphabet (maison mère de Google) y figurent.

L'étude a analysé la situation des 300 plus grandes entreprises cotées en Bourse en Europe et aux Etats-Unis - sans les banques et les assurances cependant.

ATS