Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Eloignée du circuit principal depuis le mois d'avril dernier, Timea Bacsinszky se retrouve sous les feux des projecteurs cette semaine à Fribourg.
"Je me réjouis tellement de faire mon retour", lâche la Vaudoise, pilier d'une équipe de Suisse qui défiera l'Australie samedi et dimanche au 1er tour du groupe mondial II de Fed Cup.
"C'est un grand plaisir de me retrouver ici. Il y a certes un peu de stress. J'ai peur de décevoir les gens, surtout dans les premiers matches que je disputerai. Mais ce week-end ne peut être que positif. Je suis certaine que cela se passera bien sur le terrain", affirme la droitière de Belmont, qui avait été victime d'une entorse et d'une fracture du métatarse au pied gauche le 23 avril dernier.
"Je suis consciente que le manque de matches en compétition constitue un handicap. Mais il fallait bien recommencer un jour. Et mon état de forme est très bon compte-tenu des circonstances", poursuit l'actuelle 244e joueuse mondiale. "Jusqu'à la semaine dernière, je ne pouvais m'entraîner que pendant une à deux heures par jour. Mais je m'entraîne très régulièrement depuis le mois d'août déjà."
N'aurait-il pas été judicieux de renouer avec la compétition en Australie ? "J'aurais pu, effectivement. Mais le voyage est très long. Et je voulais que mon physio soit à mes côtés pour mon retour. Par ailleurs, j'ai joué presque exclusivement sur terre battue depuis le mois d'août. Je dois ménager mon pied, ce qu'il n'est possible de faire que sur terre battue", souligne-t-elle.
Les Suissesses endossent le costume d'outsider face à une formation australienne emmenée par le no 5 mondial Samantha Stosur. C'est peut-être bien l'occasion rêvée pour renouer avec le plus haut niveau. "J'espère montrer rapidement, dès ce week-end pourquoi pas, que je suis capable de retrouver le niveau qui était le mien avant ma blessure", conclut la Vaudoise, qui figurait dans le top 50 de la hiérarchie avant de se blesser.

ATS