Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'opposition chiite a annoncé samedi la découverte du cadavre d'un homme de 36 ans sur le lieu d'une manifestation nocturne anti-régime dans un village chiite près de Manama, à la veille du Grand Prix de Formule 1. De nouvelles manifestations ont éclaté dans plusieurs localités de Bahreïn, ainsi qu'à Londres.

"Le cadavre du martyr Salah Abbas" a été découvert près de Chakoura, un village chiite à 4 km à l'ouest de Manama où une manifestation hostile au régime a été "sauvagement" réprimée par les forces de sécurité, a indiqué le Wefaq, principal groupe de l'opposition, dans un communiqué.

Il s'agit du premier mort annoncé par l'opposition en marge du Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn, dont les premiers essais ont commencé vendredi en prévision de la course prévue dimanche sur le circuit de Sakhir, près de Manama.

Le ministère de l'intérieur a confirmé la mort de Salah Abbas, dont le corps a été découvert samedi matin "avec une blessure sur le côté gauche", selon un communiqué de l'Autorité des Affaires de l'information. "Une enquête est en cours" et l'affaire est "traitée comme un homicide", a ajouté l'Autorité.

Manifestants attaqués "sauvagement"

"Le gouvernement condamne tous les actes de violence et assure que les auteurs de ce crime, quels qu'ils soient, seront traduits en justice", a déclaré le chef de la sécurité publique, Tarek al-Hassan, cité dans le communiqué.

Selon un membre de sa famille joint par l'AFP, Salah Abbas a été arrêté par les forces de sécurité alors qu'il participait à la manifestation de Chakoura. Après cette arrestation, "nous n'avons pas eu de nouvelles de lui jusqu'à l'annonce de la découverte de son corps samedi matin", a ajouté ce proche, qui a requis l'anonymat.

Selon le Wefaq, le cadavre a été retrouvé près d'une ferme dans les alentours de Chakoura, où "des citoyens" étaient sortis vendredi soir pour manifester avant d'être pourchassés et attaqués "sauvagement" par les forces de sécurité. Salah Abbas a été "tué par les forces de sécurité bahreïnies", a-t-il dénoncé, sans préciser les circonstances exactes du décès.

ATS