Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La consommation d'électricité a baissé l'an dernier en Suisse de 2% pour s'établir à 58,6 milliards de kilowattheures (kWh). Les importations de courant ont toutefois nettement augmenté en raison d'un recul marqué de la production nationale d'électricité.

Comme trois fois par le passé, la Suisse a importé plus de courant qu'elle n'en a exporté. L'an dernier, le recours à l'offre étrangère a atteint 83,3 milliards de kWh et les sorties de courant indigène 80,7 milliards de kWh, quintuplant le déficit de 2010 à 2,6 milliards de kWh.

Le solde du commerce extérieur a parallèlement reculé de près d'un quart. Mais il est resté positif à 1,018 milliard de francs. Cette dépendance accrue à l'étranger est étroitement liée à la production en Suisse.

5,1% de courant en moins

Les centrales du pays ont produit au total 5,1% de courant en moins, soit 62,9 milliards de kWh, a communiqué jeudi l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). La production a été inférieure aux chiffres correspondants de 2010 durant tous les trimestres.

Les centrales hydrauliques ont dégagé 9,8% d'électricité en moins qu'en 2010, de manière un tout petit peu plus sensible l'été. Les centrales à accumulation ont connu le recul le plus marqué (11%), la production de celles au fil de l'eau s'est tassée de 8,1%.

Les centrales nucléaires ont en revanche produit 1,4% de courant en plus avec 25,6 milliards de kWh. Cela s'explique notamment grâce à une nouvelle production record de la centrale nucléaire de Leibstadt (AG).

Les centrales hydrauliques ont contribué à hauteur de 53,7% à la production totale d'électricité, les centrales nucléaires à raison de 40,7%, tandis que l'apport des centrales thermiques conventionnelles et des autres installations était de 5,6% (dont environ 2% d'énergie renouvelable).

ATS