Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La majorité des Neuchâtelois vont bénéficier dès 2013 d'une baisse d'impôts. Le Grand Conseil a approuvé mercredi par 102 voix contre 2 la réforme de la fiscalité des personnes physiques. Cette baisse des impôts profitera surtout à la classe moyenne et aux familles.

La gauche et la droite neuchâteloises ont réussi à s'entendre sur ce dossier crucial pour renforcer l'attractivité du canton souvent présenté comme un enfer fiscal. "Cette réforme est l'une des plus importantes en matière fiscale que le canton a connue", a déclaré le conseiller d'Etat Jean Studer, porteur de ce projet.

"Les autorités ont ainsi tenu leurs promesses sur une question qui préoccupe beaucoup nos concitoyens", a poursuivi le ministre des finances. Promesse avait en effet été faite par le Conseil d'Etat de faire profiter les Neuchâtelois de la réforme de la fiscalité des entreprises adoptée en juin 2011 par le peuple.

Favoriser les familles

Le Parlement a validé les modifications apportées par la commission fiscalité au projet du Conseil d'Etat. Cette refonte prévoit pour l'essentiel des allégements en faveur des familles et de la classe moyenne. Parmi les mesures figurent une déduction intégrale des frais de garde ainsi qu'un rabais d'impôt forfaitaire par enfant de 200 francs pour la période 2014-2016, montant revu ensuite à la hausse.

L'impôt des personnes physiques diminuera progressivement dès 2013 et jusqu'en 2018. Au terme de la réforme, le manque à gagner pour les collectivités publiques devrait atteindre plus de 130 millions de francs. L'objectif est de freiner l'exode de la classe moyenne. Neuchâtel perd ainsi quelque 500 contribuables par an en raison d'une charge fiscale parmi les plus lourdes de Suisse.

ATS