Toute l'actu en bref

Les tarifs des tests sanguins prénatals baisseront le 1er juillet (photo symbolique).

KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA

(sda-ats)

Dès le 1er juillet, le tarif des tests prénatals non invasifs pris en charge par l'assurance de base va baisser: il passera de 950 à 800 francs. Un nouveau système permettant aux personnes diabétiques de surveiller leur taux de glucose sera en outre remboursé.

Depuis l'été 2015, l'assurance maladie de base prend en charge les coûts des tests prénatals non invasifs pour les femmes enceintes présentant un risque moyen à élevé (1:1000 ou plus) que le fœtus soit atteint d'une trisomie, a rappelé mardi l'Office fédéral de la santé publique en annonçant la baisse de tarif.

A partir du 1er juillet également, l'assurance de base remboursera un nouveau système permettant aux diabétiques de surveiller leur glycémie. Actuellement, ces derniers doivent contrôler leur taux de glucose plusieurs fois par jour en se piquant au bout du doigt et en utilisant les bandelettes prévues à cet effet.

Le nouveau système prévoit des capteurs de glucose déjà calibrés pouvant être portés pendant deux semaines par la personne. Ce dispositif sera pris en charge pour les patients qui doivent mesurer leur glycémie très fréquemment. Ce procédé, dont le remboursement est provisoirement limité à deux ans, permet d'éliminer les mesures individuelles fréquentes.

Dépistage du cancer du côlon

Autre changement annoncé par l'OFSP: un programme de dépistage du cancer du côlon, qui démarrera prochainement, est prévu dans les cantons de Neuchâtel et du Jura, ainsi que dans les régions du Jura bernois. Il en existe déjà dans les cantons d'Uri et de Vaud. Les analyses effectuées dans le cadre du programme en question seront exonérées de la franchise à partir du 1er juillet 2017.

Qu'elles soient pratiquées ou non lors d'un programme, les analyses elles-mêmes, soit la recherche de sang dans les selles tous les deux ans ou une coloscopie effectuée tous les dix ans, sont remboursées par l'assurance de base dans toute la Suisse depuis le 1er juillet 2013 pour les patients âgés de 50 à 69 ans, rappelle l'OFSP.

ATS

 Toute l'actu en bref