Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'optimisme des experts pour les prévisions de croissance 2012 ne cesse de baisser. BAKBASEL a divisé par deux ses prévisions conjoncturelles, estimant que la hausse du produit intérieur brut (PIB) ne devrait pas dépasser 0,4% alors qu'il tablait sur 0,8% en septembre.

L'institut conjoncturel bâlois compte sur une "légère entrée en récession" au semestre d'hiver 2011-2012, a-t-il écrit mardi dans un communiqué. Il s'attend toutefois à une reprise de la conjoncture au 2e semestre.

BAKBASEL rejoint ainsi UBS, Credit Suisse et Economiesuisse qui avaient récemment revu leurs prévisions à la baisse à 0,4% pour la première premier et 0,5% pour les deux autres. L'institut a en outre légèrement révisé ses prévisions de croissance pour 2011 de 1,9 à 1,8%.

Le développement de l'économie en Suisse dépendra essentiellement de la situation en Europe, estime BAKBASEL qui ne croit toutefois pas que la crise de la dette européenne va dégénérer.

Exportations: le plus dur à venir

Malgré les mesures de la Banque nationale suisse (BNS) fixant un cours minimal d'1,20 franc pour un euro, la phase la plus difficile reste à venir pour les exportations helvétiques, estime BAKBASEL. Les faibles exportations et les bas investissements devraient en outre se répercuter sur le marché du travail, faisant grimper le taux de chômage à 3,6% jusqu'à la fin 2012.

Cette hausse pourrait se révéler plus élevée. Cependant l'institut part du principe que la conjoncture mondiale devrait permettre à la BNS d'augmenter le cours plancher à "au moins 1,25 francs" au cours du semestre d'hiver.

Une éclaircie pourrait cependant intervenir sur le plan de la consommation intérieure, soutenue par une "immigration toujours intense".

ATS