Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le convoi du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a essuyé des jets de chaussures et de pierres de manifestants palestiniens à son entrée dans la bande de Gaza, gouvernée par le mouvement islamiste Hamas. Le convoi a été brièvement retardé.

Plusieurs dizaines de manifestants, rassemblés à l'entrée du territoire palestinien, ont jeté des projectiles au passage du convoi, a constaté un journaliste de l'AFP. Ils protestaient contre le fait que le chef de l'ONU ne rencontre pas de familles de Palestiniens détenus par Israël lors de sa visite.

"L'attitude de M. Ban n'est ni morale ni humaine", a déclaré Abdallah Qandil, porte-parole des familles de prisonniers. Certains manifestants brandissaient des pancartes en anglais sur lesquelles on pouvait lire "Ban Ki-moon, le parti pris pour Israël, ça suffit".

Retardé

Le convoi, brièvement retardé, a pu poursuivre sa route vers Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, où le chef de l'ONU devait visiter une école et un projet de logements financé par le Japon. Il ne devrait en revanche pas rencontrer de responsable des autorités du Hamas, boycotté par la communauté internationale.

Il devait terminer jeudi une visite de trois jours en Jordanie, en Israël et les Territoires palestiniens durant laquelle il a encouragé les deux camps à reprendre les discussions "exploratoires" engagées sous les auspices d'Amman et du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU).

ATS