Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'expertise suisse en matière de processus participatif a été saluée samedi à New York par Ban Ki-moon. Le secrétaire général de l'ONU s'est entretenu avec Simonetta Sommaruga après l'adoption par l'Assemblée générale du programme de développement durable 2030.

"Nous avons évoqué la mise en oeuvre de l'agenda décidé hier (vendredi) et convenu que la première étape cruciale de tout le processus aura lieu en décembre lors de la Conférence sur le climat à Paris", a déclaré Mme Sommaruga à l'ats. Aux yeux de Ban Ki-moon, "la Suisse peut à bon escient montrer l'exemple à d'autres pays s'agissant du recours à la société civile en matière de développement durable", s'est félicitée la socialiste.

Dans son discours de la veille devant ses pairs à New York, la présidente de la Confédération a martelé qu'Agenda 2030 - qui fixe 17 objectifs de développement durable - est "un programme du peuple, par le peuple, et pour le peuple". Le respect des droits humains a aussi été largement évoqué par Ban Ki-moon et Simonetta Sommaruga.

Soutien au Sri Lanka

La conseillère fédérale a encore rencontré officiellement vendredi le président du Sri Lanka Maithripala Sirisena, alors que son pays expurge les crimes de guerre commis durant le conflit qui opposa les troupes gouvernementales et les Tigres tamouls.

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a récemment rapporté que de "graves violations" avaient été commises entre 2002 et 2011, probablement "par les deux parties en conflit".

"Le Sri Lanka vit actuellement une période-charnière de son histoire. Le pays, qui est sur le chemin de la réconciliation, doit rédiger une nouvelle constitution. J'ai proposé à M. Sirisena l'expertise suisse en la matière. Cette proposition a semblé l'intéresser", a encore précisé Mme Sommaruga à l'ats.

ATS