Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dacca - Le Bangladesh s'est doté d'une législation en matière de protection de la faune qui punit notamment l'abattage délibéré de tigres de deux à 12 ans de prison, ont fait savoir samedi les autorités. Les mangroves de la région des Sundarbans, dans le sud-est du pays et le Bengale occidental indien, ne comptent plus que 400 tigres.
Le dispositif prévoit en outre le versement de 50'000 à 100'000 takas (environ 1'000 euros) d'indemnités pour les familles de victimes du félin.
"Le gouvernement a approuvé des peines de deux à douze ans de prison pour l'abattage d'espèces en danger telles que le tigre", a déclaré l'attaché de presse du Premier ministre, Sheikh Hasina. Le chef du gouvernement bangladais est attendu lundi à Saint-Pétersbourg pour une conférence sur la protection du tigre.
Le territoire du tigre est de plus en plus habité. L'animal est à l'origine de 80 décès ces cinq dernières années dans la partie bangladaise des Sundarbans, où 15 spécimens ont été tués dans le même temps.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS