Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le désormais ancien conseiller de Donald Trump Steve Bannon retrouve son site d'information Breitbart News. Et l'homme a d'ores et déjà annoncé qu'il continuera de se battre pour le président américain (archives).

KEYSTONE/AP/ANDREW HARNIK

(sda-ats)

Steve Bannon, le conseiller de Donald Trump qui a quitté vendredi la Maison Blanche, continuera à se battre pour le président américain. Il a immédiatement retrouvé des fonctions de direction au sein de Breitbart News, site d'information proche de l'extrême droite.

"S'il y a la moindre confusion, laissez-moi clarifier les choses: je quitte la Maison Blanche et je pars au combat pour Trump et contre ses opposants - au Capitole (le siège du Congrès), dans les médias et dans le monde des affaires", a dit à Bloomberg News Steve Bannon.

Le site Breitbart a par ailleurs annoncé que Steve Bannon avait retrouvé en son sein dès vendredi des fonctions de président exécutif, le qualifiant de "héros populiste". L'ancien conseiller à la Maison Blanche y a même présidé dès vendredi une première conférence de rédaction.

Renouvellement en profondeur

Avant de rejoindre la campagne de Donald Trump en août 2016, Steve Bannon, 63 ans, avait fait de Breitbart News la plateforme d'information privilégiée des nationalistes et de l'"alt-right", frange de l'extrême droite américaine.

La Maison Blanche a annoncé vendredi le départ de Steve Bannon. L'homme avait le titre de conseiller stratégique et a été l'inspirateur de nombreux positionnements nationalistes et anti-establishment de Donald Trump.

Après le départ de Sean Spicer et de Reince Priebus, respectivement porte-parole et secrétaire général de la Maison Blanche, celui de Steve Bannon complète le renouvellement en profondeur de l'équipe qui s'était installée au 1600 Pennsylvania avenue le 20 janvier.

Il permet en particulier à John Kelly, général à la retraite des Marines qui avait succédé à M. Priebus, d'affirmer un peu plus son pouvoir dans une équipe où règne un indéniable chaos.

Carl Icahn renonce

Par ailleurs, le milliardaire américain Carl Icahn a annoncé vendredi qu'il renonçait à ses fonctions de conseiller de Donald Trump pour la dérégulation financière. Il n'a en revanche pas attribué ce départ aux déclarations du président américain sur les violences de Charlottesville.

M. Icahn, 81 ans, est l'un des financiers les plus réputés de Wall Street. Il avait été nommé en décembre "conseiller spécial" du président Trump en charge de la régulation avec pour mission de "se débarrasser des régulations destructrices d'emplois qui freinent la croissance économique".

Dans une lettre adressée à M. Trump et publiée sur son site internet, M. Icahn évoque pour expliquer son départ la nomination d'une autre personne, Neomi Rao, comme "administrateur pour les affaires de régulation". Mme Rao a été confirmée par le Sénat à ce poste en juillet.

Des récentes déclarations de M. Trump atténuant la responsabilité de groupes d'extrême-droite et suprémacistes blancs lors d'émeutes à Charlottesville (Virginie) le week-end dernier ont provoqué une vive polémique. M. Trump a dû dissoudre deux de ses conseils économiques, constitués de dirigeants d'entreprises et de responsables économiques, après que plusieurs de ces responsables aient décidé de quitter ces groupes. M. Icahn ne faisait partie d'aucun d'entre eux.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS