Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, plaide depuis plusieurs mois pour une augmentation de ses ressources, alors que son institution est concurrencée par de nouveaux acteurs du développement.

KEYSTONE/EPA/SHAWN THEW

(sda-ats)

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a rejeté vendredi l'augmentation de capital de la Banque mondiale (BM) souhaitée par son président Jim Yong Kim. Il a appelé à faire preuve d'une plus grande discipline budgétaire.

"Davantage de capital n'est pas la solution quand le capital existant n'est pas alloué de manière efficace", affirme M. Mnuchin dans son intervention prévue samedi au Comité de développement de la Banque mondiale, qui a été diffusée dès vendredi soir à la presse par le Trésor américain.

"La clé est de garantir que les ressources soient distribuées là où l'on en a le plus besoin et où elles peuvent obtenir des résultats plus efficaces et plus viables", a-t-il ajouté. Il a ainsi rejeté la demande d'augmentation de capital formulée par M. Kim afin de faire face à la hausse des demandes de prêts.

La Chine touche trop

"Nous voyons de la marge pour davantage de discipline budgétaire", a estimé M. Mnuchin. "En particulier, nous voulons voir un changement important dans l'attribution des financements afin de soutenir des pays qui ont le plus besoin de financer leur développement", a-t-il ajouté. Il s'agit d'une allusion implicite à la Chine, dont le Trésor se plaint qu'il obtient trop de prêts de la Banque mondiale.

Un haut responsable du Trésor avait rappelé mercredi que Pékin est "le plus gros emprunteur de la Banque mondiale avec 2,4 milliards de dollars en 2015". Selon lui, la priorité pour les institutions financières internationales "est de prêter aux pays qui en ont vraiment besoin (...). Ce n'est pas le cas pour l'instant".

Leçons "très utiles"

M. Kim a défendu le lendemain les prêts au géant asiatique. "Les leçons que nous apprenons en travaillant avec la Chine sont très utiles pour les pays aux revenus plus faibles", a-t-il assuré. Il se montrait alors optimiste sur le soutien de Washington à l'augmentation de capital souhaitée, dont le montant n'a pas été précisé.

Le président de cette institution qui finance le développement plaide depuis plusieurs mois pour une augmentation de ses ressources, alors qu'elle est concurrencée par de nouveaux acteurs du développement. Pendant l'année fiscale 2016-2017, qui s'est terminée fin juin, les prêts de la BM ont atteint 58,8 milliards de dollars. L'année précédente, ils s'étaient élevés à 61,3 milliards.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS