Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - La banque privée suisse HSBC a résisté à l'affaire Falciani. Malgré le vol de données concernant 15'000 de ses clients, l'établissement a connu des afflux nets de capitaux de 4,9 milliards de francs au premier semestre. Mais son bénéfice net a baissé de plus d'un quart.
Le PDG de HSBC Suisse, Alexandre Zeller, n'a pas caché jeudi devant la presse que le vol de données par son ex-collaborateur Hervé Falciani est "un vrai marathon", dont il a estimé être seulement "dans la seconde moitié".
"Nous ne minimisons pas l'importance de cette affaire, mais la nouvelle est digérée. Si des clients réfléchissent encore, il n'y a pas eu d'exode massif et l'avenir de la banque n'est pas en danger en raison de la diversification géographique de ses actifs", a déclaré Alexandre Zeller.
"Les résultats le prouvent, la banque est encore très en forme", a-t-il ajouté. La masse sous gestion a augmenté de 5,8 milliards de francs pour atteindre 195 milliards et les afflux nets de capitaux ont été au premier semestre de 4,9 milliards.
Bénéfice en baisseLe bénéfice avant impôts est de 376 millions, soit une baisse de 17% par rapport aux 452 millions du premier semestre 2009. La cause en est la diminution de 28% des revenus nets d'intérêts en raison de taux bas. Les commissions et revenus de courtage ont par contre augmenté de 15%. Le bénéfice net a diminué de 26% passant à 304 millions.
Si la banque a attiré de l'argent frais de plusieurs régions (2,7 milliards pour l'Asie, un milliard pour l'Amérique latine), elle a perdu quelque 600 millions de fonds originaires d'Europe et d'Israël.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS