Toute l'actu en bref

Les "500 frères contre la délinquance", fer de lance de la mobilisation, ont la particularité de se déplacer cagoulés et vêtus de noir (archives).

KEYSTONE/AP France Guyane/DEBORAH NEUSY

(sda-ats)

Avec l'ouverture des barrages, la Guyane espérait samedi pouvoir profiter du week-end pascal en dégustant un bouillon d'Awara, mets traditionnel créole. Ce malgré une situation toujours compliquée, notamment pour les hôpitaux, qui ont déclenché le plan blanc.

La mobilisation devait par ailleurs s'exporter samedi à Paris, où un rassemblement est prévu place de la République, en présence d'un des porte-parole du mouvement des "500 frères contre la délinquance", fer de lance de la mobilisation, dont la particularité est de se déplacer cagoulés et vêtus de noir.

En Guyane, l'heure est à un certain apaisement après plusieurs jours de divergence sur l'opportunité de poursuivre les blocages. Le collectif "Pou la Gwiyann dékolé" (Pour que la Guyane décolle) a décidé d'ouvrir les barrages "jusqu'à nouvel ordre", hormis quelques blocages stratégiques.

Pâques est une "période culturelle forte pour la Guyane" avait souligné le porte-parole du collectif, Mikael Mancée. A cette occasion, les Guyanais mangent le "bouyo wara", ce plat traditionnel longuement cuisiné à base d'un fruit de palmier.

Mais beaucoup s'interrogeaient encore pour savoir comment s'en procurer, alors que le territoire fait toujours face à une pénurie de produits frais et des difficultés de circulation. Une situation qui pénalise plusieurs secteurs.

Chômage partiel

L'Agence régionale de Santé de Guyane (ARS) a ainsi demandé vendredi aux hôpitaux et cliniques du territoire de déclencher leurs "plans blancs", en raison de la "situation de tension préoccupante" qu'ils connaissent après plus de trois semaines de mouvement social et des "difficultés d'acheminement des patients, des personnels et d'approvisionnement régulier des hôpitaux".

Et le préfet de Guyane Martin Jaeger a pris la décision d'autoriser les camions à circuler pendant le week-end pascal, compte tenu de "l'extrême nécessité d'assurer l'approvisionnement en marchandises de première nécessité".

Quant à la fusée Ariane, clouée au sol depuis près d'un mois, elle n'est pas près de décoller, le barrage devant le centre spatial à Kourou étant maintenu par le collectif, qui y voit le symbole d'une Guyane à deux vitesses.

Selon le préfet plus de 500 entreprises guyanaises ont déjà demandé des mesures de chômage partiel à cause du mouvement social.

Contrôles aux barrages

Après les plaintes de plusieurs particuliers ces derniers jours pour "entrave à la circulation", la justice s'est emparée du dossier.

Le procureur de Cayenne Eric Vaillant a ordonné vendredi une opération de contrôle de police sur un des barrages de Cayenne, pour "identifier les responsables de ces blocages de la circulation" et a promis que "d'autres opérations du même genre auront lieu dans les prochains jours".

ATS

 Toute l'actu en bref