Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Basilea Pharmaceutica s'est enfoncé dans le rouge au cours du premier semestre. La firme biotechnologique bâloise a creusé sa perte nette à 30,1 millions de francs contre -19,4 millions de francs un an plus tôt.

Le chiffre d'affaires a toutefois progressé de près d'un quart à 25 millions de francs, a indiqué Basilea vendredi. Les produits des contrats se sont notamment améliorés de près de 20% à 24,4 millions.

Fort de cette performance, la firme pharmaceutique veut se concentrer sur ses produits-phare et estime disposer d'une base solide, selon son patron Ronald Scott cité dans le communiqué.

Le résultat d'exploitation s'est détérioré, la perte opérationnelle passant à 30 millions de francs contre -19,5 millions sur les six premiers mois de 2014. Cette évolution s'explique notamment par les frais de commercialisation de l'antibiotique de nouvelle génération Ceftobiprole en Europe.

Cette opération a doublé le montant des frais généraux, frais de vente et administratifs à 23,8 millions de francs. Les dépenses pour la recherche et le développement (R&D) se sont elles accrues de plus de 10% à 31,2 millions de francs.

Pour l'ensemble de l'année, Basilea s'attend à une perte nette de 4,5 millions de francs. Les coûts d'exploitation devraient atteindre 9 millions de francs en moyenne par mois.

Le portefeuille de produits s'étoffe. Il comprend notamment le fongicide Isavuconazole, qui a reçu une homologation aux Etats-Unis et une recommandation d'homologation en Europe. Le Ceftobiprole s'est vu attribuer un statut de produit qualifié pour les maladies infectieuses par l'Agence américaine des médicaments (FDA).

ATS