Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Haute cour d'Australie, la plus haute instance judiciaire du pays, a autorisé vendredi le groupe sud-coréen Samsung à vendre sa tablette tactile dans le pays. Le tribunal a rejeté la demande de son concurrent Apple d'étendre l'interdiction de la commercialisation.

Cette décision est un nouvel épisode dans la bataille judiciaire que se livrent les deux géants, dans plus de dix pays dans le monde. La tablette de Samsung, Galaxy Tab 10.1, avait été interdite à la vente en Australie mi-octobre, à la demande de l'américain Apple, qui accuse Samsung de violation de brevets.

Saisie par le sud-coréen, la Cour fédérale de Sydney avait levé temporairement cette interdiction fin novembre. La Haute Cour a confirmé la levée de cette interdiction, juste avant les fêtes de Noël, pendant lesquelles peut se jouer le succès commercial de ces gadgets de luxe. Aucun appel n'est autorisé, a ajouté la Haute Cour.

Accusé de copier

Apple accusait la Galaxy Tab 10.1 de Samsung de violer sa technologie des écrans tactiles utilisée pour les iPads. L'affaire n'a cependant pas été jugée sur le fond et la date d'une prochaine audience reste à déterminer.

Mais cette décision de la Haute cour était cruciale pour Samsung, qui peut ainsi proposer à la vente sa tablette en Australie pour les fêtes de fin d'année. Le groupe avait indiqué avoir besoin de sept jours pour mettre son produit sur les étalages.

Depuis le printemps 2011, les deux fabricants concurrents se livrent une guérilla judiciaire internationale en s'accusant mutuellement de contrefaçon de technologie et de design.

ATS